Publicité

26 novembre 2021 - 16:00

Saint-Lin-Laurentides

Signature d’une nouvelle convention collective pour le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la compagnie de Volailles Maxi-CSN

Par Salle des nouvelles

Réunis en assemblée générale le 21 et le 22 novembre 2021, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la compagnie de volailles Maxi-CSN ont accepté avec une majorité claire une entente de principe pour une nouvelle convention collective.

Elle permettra d’améliorer considérablement leurs conditions de travail pour les années à venir, en plus d’assurer l’attraction et la rétention des travailleurs à l’usine de production et de transformation de produits de poulet de Saint-Lin-Laurentides.

Le syndicat, affilié à la Fédération du Commerce-CSN, paraphera dans les jours à venir cette nouvelle convention.

En plus d’abolir un nombre significatif d’échelons salariaux, celle-ci garantit des augmentations salariales totalisant plus de 18,4 % au cours des six années à venir, dont une importante hausse qui fait passer le salaire d’entrée de 14,27 $ à 20,30 $ de l’heure dès 2022.

La nouvelle entente prévoit aussi d’augmenter les primes de soir de 0,45 $ à 1 $ et les primes de nuit de 0,65 $ à 2 $. Ces nouvelles dispositions permettront à Maxi de se distinguer de plusieurs autres usines de transformation alimentaire dans la province.

Outre d’importantes avancées salariales, la nouvelle convention collective de Maxi permettra aussi aux travailleuses et travailleurs d’augmenter leur nombre de congés de maladie de 3 à 5 jours, en plus de donner l’accès à une sixième semaine de vacances aux membres comptant plus de 25 ans d’ancienneté.

La signature de cette nouvelle convention collective permettra aux travailleuses et travailleurs de Maxi de se doter, pour la première fois, d’un régime de retraite avec Bâtirente, un régime auquel contribuera l’employeur.

« Nous sommes fiers de pouvoir compter pour les années à venir sur une convention collective robuste qui rémunéra adéquatement les travailleuses et travailleurs de l’usine. L’entreprise Maxi est une entreprise prospère et il nous semble tout à fait justifié que les travailleuses et travailleurs qui portent l’entreprise à bout de bras soient dûment reconnus pour leur travail », mentionne le président du syndicat Francis Rondeau.

« La nouvelle convention collective envoie un signal clair : les travailleuses et les travailleurs du secteur de la transformation alimentaire méritent leur juste part, car sans eux, aucune compagnie ne pourrait demeurer profitable », de déclarer Nancy Mathieu, secrétaire générale de la Fédération du Commerce-CSN.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.