Publicité

12 novembre 2021 - 14:00

Détournement du cours d’eau

La Ville de Sainte-Anne-des-Plaines coupable de trois infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le 21 juin 2021, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides, et son maire, M. Guy Charbonneau, ont été déclarés coupables de trois infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement.

Entre novembre 2015 et mai 2016, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines a réalisé des travaux de remblai et de détournement du cours d’eau communément appelé « cours d’eau Charbonneau», sans avoir obtenu préalablement du ministre un certificat d’autorisation.

De plus, en novembre 2015, la Ville a exécuté des travaux de déboisement dans des marécages, une fois de plus, sans avoir obtenu préalablement du ministre un certificat d’autorisation, et ce, avec l’autorisation du maire, M. Guy Charbonneau.

En agissant ainsi, la Ville a contrevenu à deux reprises à l’alinéa 2 de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement, et son maire a été tenu responsable, en vertu du même article, pour les travaux qu’il a autorisés dans des marécages.

La Ville de Sainte-Anne-des-Plaines a donc été condamnée à verser une amende totalisant 35 000 $, en plus de la contribution, et doit aussi rembourser les frais de poursuite engagés par le Ministère, soit un montant de 12 599 $.

M. Guy Charbonneau a quant à lui été condamné à verser une amende de 10 000 $ en plus de la contribution et des frais judiciaires.

Les citoyennes et les citoyens peuvent signaler tout acte ou geste pouvant affecter la qualité de l’environnement au bureau régional du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques le plus près ou à Urgence Environnement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Des amandes bonbons qui ne changeront jamais rien. Ajouter au moins un zéro à ces montants et là on va commencer à avoir une petite réaction de conscientisation de ces destructeurs de l'environnement.

    André Sanscartier - 2021-11-12 17:53