Publicité

24 septembre 2021 - 12:00

Joliette

CPE de Joliette: première journée de grève

Par Mathieu Savard, Journaliste

C'est aujourd'hui le début des grèves des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance (CPE) syndiqués à̀ la CSN dans le but de faire avancer les négociations qui semblent être aux ralentis depuis déjà un bon bout de temps.

Les besoins sont criants: 

Le manque de main-d’œuvre est criant dans les CPE de la région et, malheureusement, les offres déposées par le gouvernement à ce jour sont nettement insuffisantes pour renverser cette tendance et assurer la pérennité du réseau.

-Jessie Rouleau, présidente du syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière

Les négociations avec le gouvernement visent à régler les problèmes de surcharge de travail et de recrutement, deux points que le gouvernement ne semble pas avoir mis sur la table pour l'instant;

Nos membres dans la région ont voté en faveur de la grève à 100 %. Ça démontre bien à quel point ils sont au bout du rouleau. Le gouvernement Legault doit arriver avec des offres raisonnables plutôt que d’essayer de presser le citron encore plus et de risquer de pousser vers la sortie les travailleuses et les travailleurs qui tiennent le réseau à bout de bras.

-Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière - CSN

En rappel, une technicienne en service de garde scolaire empoche un salaire de 29,05 $ l’heure au maximum de l'échelle salariale par rapport à 25,15 $ pour une éducatrice en CPE même si les deux professions nécessitent le même niveau de scolarité.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.