Publicité

17 août 2021 - 11:00

Campagne électorale fédérale 2021

Gabriel Ste-Marie dépose officiellement sa candidature pour les élections fédérales

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Après l’annonce de dimanche concernant le déclenchement d’élections générales au Canada, le député bloquiste de la circonscription de Joliette, Gabriel Ste-Marie, accompagné de Jimmy Armstrong, agent officiel de sa campagne, a déposé officiellement sa candidature ce lundi.

M. Ste-Marie fait le saut en politique en 2015 et aura forgé sa place à Ottawa comme porte-parole du Bloc Québécois en matière de finances, puis a siégé au Comité permanent des finances à titre de vice-président.

Depuis son arrivée à Ottawa, il fait des paradis fiscaux son cheval de bataille et porte également le projet de loi du Bloc Québécois qui vise à obtenir un rapport d’impôt unique administré par le Québec. Le député fédéral sortant de Joliette souhaite continuer à s’impliquer en politique, être à l’écoute de sa population et être le porte-voix de sa circonscription.

En parallèle, il a défendu les producteurs sous la gestion de l’offre du Québec et s’est rendu à Washington pour coaliser des appuis aux industries québécoises de l’aluminium aux États-Unis. Avec la pandémie, M. Ste-Marie s’est illustré en concentrant ses efforts sur l’élaboration de programmes d’aide destinés aux citoyens et aux entreprises durement touchées par la crise.

Avec les années, il a mis en place différentes initiatives, dont la Fête des Patriotes, le bureau mobile du député, le bottin annuel des organismes communautaires, la promotion de l’électrification des transports et la conférence sur la lutte aux changements climatiques.

Son objectif est de rallier avant tout les citoyens autour de projets rassembleurs. « Dans la circonscription de Joliette, on a des entreprises, de l’agriculture, des zones urbaines et plusieurs enjeux s’y rattachent. Il reste encore plusieurs grandes batailles à mener pour la justice fiscale, les premières nations, les entreprises et le développement régional. Je demande aux gens de ma circonscription de me donner l’opportunité de les représenter et me faire confiance à nouveau », souligne-t-il.

Une élection pandémique

Le candidat, comme l’ensemble de sa formation politique, estime qu’il s’agit d’une décision irresponsable de Justin Trudeau de déclencher des élections fédérales, alors que la situation sanitaire est encore fragile en raison du variant Delta, puis du début de la quatrième vague.

« Les Québécois sont catégoriques : ce n’est pas un bon moment pour tenir une élection. Malgré le contexte particulier, nous sommes prêts. Le Bloc Québécois a fait des gains substantiels pour le Québec et sans l’apport des 32 députés du parti à Ottawa, plusieurs enjeux auraient été mis de côté à l’ordre du jour des Communes. Nous voulons continuer à travailler pour les Québécois et défendre leurs intérêts », soutient le candidat bloquiste.

Il rappelle que la pandémie est toujours active et que la prudence est de mise. Il se dit toutefois motivé, déterminé et prêt à se rendre sur le terrain pour aller à la rencontre de petits groupes, entreprises et citoyens.

Les différentes mesures sanitaires émises par la Santé publique seront respectées, dont la distanciation sociale et le port du masque. Avec le contexte, il n’y aura pas de local électoral cette année. M. Ste-Marie se dit tout de même fébrile de reprendre peu à peu des évènements en présentiel et de renouer avec les gens de sa circonscription.

Il termine en mentionnant l’apport du Bloc au Parlement, notamment sur le dossier de la langue pour l’application de la Charte de la langue française aux entreprises sous juridiction fédérale. M. Ste-Marie donne aussi en exemple le projet de Loi consistant en une hausse de la pension de vieillesse de 110$ pour tous les 65 ans et plus et celui sur la prestation d’assurance-emploi en cas de maladie grave, qui passerait à 50 semaines.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.