Publicité

1 juillet 2021 - 13:00

Logements sociaux

Véronique Hivon exhorte le gouvernement du Québec à agir quant à la crise du logement

Par Salle des nouvelles

Avec les traditionnels déménagements du 1er juillet au Québec, la députée de Joliette et porte-parole du Parti Québécois en matière d'habitation, Véronique Hivon, demande au gouvernement du Québec de bonifier de façon importante ses ambitions quant à la construction de nouveaux logements abordables.

Dans plusieurs régions du Québec, les taux d'inoccupation sont historiquement bas, allant même jusqu'à atteindre 0 %. À Joliette, il est en bas de 0,5%. « Le fait que le gouvernement hésite à prononcer le mot "crise" ne change rien pour les milliers de Québécois et de familles qui se cherchent désespérément un appartement : ils n'en trouvent pas. Les logements disponibles sont souvent soit trop petits, soit trop chers », a déclaré Véronique Hivon.

Selon cette dernière, les cibles du gouvernement pour la construction de nouveaux logements sociaux sont insuffisantes. Elles devraient être rehaussées à un minimum de 5000 nouveaux logements annuellement d’ici 2025.

La CAQ n’en prévoit que 500 par années sur un horizon de cinq ans, dont 80% seraient concentrés à Montréal, Québec et Gatineau.

« Dans presque toutes les régions, des familles sont inquiètes, voire désespérées par l'impossibilité de se trouver un logement et les délais qui se resserrent. Il me semble qu'au Québec, chaque personne devrait arriver sans trop de peine à se loger selon ses besoins, dans un endroit sécuritaire, propre, assez grand et, surtout, abordable », ajoute-t-elle.

Le Parti Québécois réclame également la création d'un registre public des loyers afin d’assurer une certaine transparence et une stabilisation des loyers. Ils demandent aussi le remboursement, par le gouvernement, des dépenses encourues par les villes pour soutenir les citoyens, par le biais de ressources devant être accessibles sur l'ensemble du territoire du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.