Publicité

8 juin 2021 - 06:00

Négociations syndicales

Les membres de l’APTS entament une deuxième journée de grève

Par Salle des nouvelles

Après une première journée de grève hier, les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) lanceront à nouveau un cri du cœur aujourd’hui afin de parvenir à une entente pour le renouvellement de leur convention collective, et ce après 18 mois de négociations.

De la protection de la jeunesse aux archives médicales, en passant par les services en santé mentale, en réadaptation, en imagerie médicale ou encore en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme, les professionnels et des techniciens du réseau public de santé et de services sociaux se mobilisent pour protéger l’accessibilité et la qualité des services offerts à la population québécoise.

Ils sont 60 000 membres un peu partout au Québec, dont 3000 dans Lanaudière. Ces derniers dénoncent entre autres la lenteur des négociations qui s’étaient amorcées au printemps 2020 et le manque d’ambition du gouvernement Legault.

Ce dernier est parvenu à des ententes, notamment avec la FTQ pour la rémunération des préposés aux bénéficiaires et avec la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Des ententes partielles ont également été signées avec les syndicats enseignants et la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) sur les conditions de travail.

Toutefois, pour l’APTS, comme bien d’autres organisations syndicales représentant les employés du réseau public, ce n’est pas qu’un problème d’argent, mais aussi d’attraction et de rétention du personnel.

« Les millions auront beau pleuvoir pour favoriser la création de nouveaux postes, encore faut-il qu’il y ait des gens volontaires et dûment formés pour les occuper. Les postes vacants se multiplient. Les négociations n’ont pas débloqué depuis un mois, y compris pour le secteur de la protection de la jeunesse prétendument parmi les priorités gouvernementales. En refusant de bonifier les conditions de travail des salariés du réseau public, le gouvernement se tire dans le pied », soutiennent Kevin Newbury, Gabrielle Lessard et Martin Lavigne respectivement président de l’APTS du CISSS Lanaudière, présidente de l’APTS Côte Boisée et président de l’APTS Laboratoires Lanaudière.

Une première grève

Ces deux journées de grève sont les premières de cette ronde de négociations dans le réseau public et parapublic. Seul le secteur de l’éducation avait été touché jusqu’à présent.

Même si les négociations se sont poursuivies ce week-end, il est fort possible qu’une autre séquence soit prévue si les pourparlers ne sont pas concluants. Cela se ferait sous la même formule les 21 et 22 juin prochains. Les services essentiels à la population sont maintenus dans la plupart des points de service.

« François Legault a l’occasion de démontrer une fois pour toute qu’il croit que tous les Québécois ont droit à des soins de santé et à des services sociaux accessibles et de qualité. Une chose est certaine, les professionnels et les techniciens membres de l’APTS dans Lanaudière ont ces services à cœur et entendent se battre pour les défendre », concluent monsieur Newbury, madame Lessard et monsieur Lavigne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.