Publicité

6 avril 2021 - 19:15 | Mis à jour : 19:27

Le gouvernement dit s’ajuster selon l’évolution de la pandémie

La vaccination sera étendue aux 60 ans et aux travailleurs essentiels

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Lors de son point de presse ce mardi 6 avril, le premier ministre François Legault ainsi que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ont annoncé l’accélération de la campagne de vaccination dans les prochains jours, ce qui devrait contrebalancer la propagation des variants du coronavirus. 

La vaccination sera étendue aux 60 ans et plus sur l’ensemble du territoire de la province d’ici jeudi. Le Québec passera aussi aux prochains paliers de l’ordre établi avec les gens atteints de maladies chroniques et les travailleurs essentiels. 

Parmi ceux-ci, le ministre Dubé entend les enseignants, les éducatrices, les policiers, les pompiers, les gardiens de prison et les travailleurs communautaires. Il s’agit principalement des personnes occupant un poste avec un risque de contagion élevé. Des précisions seront apportées demain. 

Le ministre de la Santé a aussi voulu rectifier certaines informations concernant les rendez-vous non comblés le weekend dernier. « Tous les vaccins qui sont reçus sont administrés dans les prochains jours qui suivent leur réception. Le vaccin ne dort pas dans les congélateurs », a-t-il expliqué.

Le gouvernement compte ouvrir des plages aux 55 et ans pour le vaccin d’AstraZeneca dès jeudi. Un total de 350 000 doses seront reçues, et des périodes dites sans rendez-vous seront données dans les grands centres de vaccination. Les détails seront communiqués ultérieurement. 

Malgré des délais dans la livraison, Québec recevra donc 700 000 doses dans le courant de la semaine, ce qui va accélérer considérablement le rythme de la campagne. 

Situation préoccupante dans les régions
La flambée des cas dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches et de l'Outaouais incite Québec à effectuer le transfert de 20 000 doses supplémentaires aux 34 000 annoncés plus tôt cette semaine afin d’augmenter la couverture vaccinale. 

Ces régions passeront en zone rouge une fois que les mesures d'urgence de 10 jours seront terminées. « À moins qu’il y ait un miracle, ce ne serait pas logique de revenir à l'orange », précise le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda. 

Ce dernier a rappelé que le télétravail est obligatoire en zone rouge dans la mesure du possible. Les éclosions ont majoritairement lieu dans les milieux de travail, mais celles-ci sont plus petites comparativement aux écoles selon M. Arruda. 

Il indique que les interventions de la santé publique seront aussi plus agressives. « On agit de façon chirurgicale là où il y a un problème », ajoute-t-il. 

Le yoyo
Le premier ministre s’est notamment fait critiquer de jouer au  yoyo en resserrant à nouveau les consignes. Il s’est défendu en disant suivre les recommandations de la santé publique. « Je pourrais me choquer et dire, voyons, vous dites le contraire de la semaine passée, mais moi j’accepte au lieu d’être entêté à ne pas me contredire, on s’ajuste selon l’évolution entre autres des variants », a-t-il répliqué. 

Il a aussi été mentionné que la situation était difficilement prévisible en région par les experts de l’INSPQ. « Si on avait une boule de cristal pour dire où va-t-on être dans une semaine ou deux, on pourrait prendre de meilleures décisions, mais là je vis avec les recommandations de la santé publique », explique M. Legault. 

La vaccination pourrait changer la donne. Christian Dubé prévoit toujours gagner son pari de vacciner tous les Québécois voulant recevoir une première dose d’ici le 24 juin. « On suit exactement notre plan », souligne-t-il.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.