Publicité

17 janvier 2021 - 15:00

Dès aujourd'hui et jusqu'au 23 janvier

Aujourd'hui commence la Semaine pour un Québec sans tabac

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

À partir d'aujourd'hui et jusqu'au 23 janvier, la Semaine pour un Québec sans tabac mettra en lumière les conséquences méconnues des cinq types de cancers digestifs causés par le tabac sur la vie des fumeurs et celle de leurs proches.

Pour sa 44e édition de la Semaine pour un Québec sans tabac, le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS)  accueille pour une deuxième année consécutive le porte-parole Patrice Godin, comédien, ultra-marathonien et auteur.

« Arrêter de fumer a été une étape très importante pour moi, et je sais combien c'est difficile », a souligné Patrice Godin, touché par la cause. « Et dans le contexte actuel, c'est encore plus important de mettre toutes les chances de son côté. Surtout quand on sait que fumer a un impact important sur la santé et que la COVID-19 s'attaque plus agressivement aux personnes avec une santé fragilisée. Je veux motiver les gens à passer à l'action et à cesser de fumer. C'est possible, ça vaut la peine, on se sent tellement bien après! »

Campagne de sensibilisation
Dès le 13 janvier, une toute nouvelle campagne publicitaire choc a été déployée à la télévision, en plus d'une variété de contenus sur les médias sociaux afin de sensibiliser la population québécoise aux graves conséquences des cancers digestifs auxquelles les fumeurs s'exposent ainsi que les ressources à leur disposition s'ils souhaitent arrêter de fumer.

La Semaine pour un Québec sans tabac est coordonnée par le CQTS et réalisée grâce au soutien financier du ministère de la Santé et des Services sociaux et avec l'appui de plusieurs centaines de partenaires à travers tout le Québec. Elle invite à l'action et mobilise les milieux de vie afin d'atteindre une société où le tabac et ses conséquences sont moins présents.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.