Publicité

25 novembre 2020 - 14:30

L’ex-ministre de la Justice et un des membres fondateurs du PQ s’est éteint à l’âge de 85 ans

Marc-André Bédard emporté par la pandémie

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L’homme politique Marc-André Bédard s’est éteint aujourd’hui à l’âge de 85 ans à l’Hôpital de Chicoutimi des suites de complications liées à la COVID-19, entouré de sa famille.

L’ex-député de Chicoutimi et avocat, qui a été ministre de la Justice durant 7 ans sous le gouvernement de René Lévesque et un des membres fondateurs du PQ, demeurait au Manoir Champlain aux prises avec une importante éclosion de la maladie.

Reconnu pour sa gentillesse et son militantisme, Marc-André Bédard a marqué l’histoire du Québec.

Son fils, l’ex-député de Chicoutimi et avocat Stéphane Bédard, a confirmé son décès sur sa page Facebook, au nom de la famille.

« C’est avec une profonde tristesse que nous vous informons qu’il nous a quittés cet avant-midi, écrit M. Bérard. Profondément croyant, il rejoint aujourd’hui l’amour de sa vie, Nicole. Il laisse aux Québécois un héritage immense, marqué par la confiance et la fierté, la recherche constante de justice et l’engagement envers sa communauté. Il a consacré sa vie au Québec et à ses concitoyens. Nous remercions toutes les personnes qui nous ont fait part de leur soutien et de leur support. »

Le Parti Québécois a réagi en adressant ses condoléances à la famille et aux proches de Marc-André Bédard.

Il souligne, sur Twitter, que M. Bédard était un proche ami et conseiller de René Lévesque.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.