Publicité

8 octobre 2020 - 06:00 | Mis à jour : 13:33

Partager de la chaussée

Trois maires sur la route sensibilisent à la sécurité aux passages piétonniers

Par Salle des nouvelles

Les maires des municipalités de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, de Saint-Zénon et de Saint-Michel-des-Saints ont participé à une activité de sensibilisation visant la sécurité aux passages piétonniers en collaboration avec la Sûreté du Québec le 1er  octobre.

Tous trois ont rappelé aux automobilistes, traversant leur municipalité respective, qu’ils doivent partager la chaussée avec les piétons. Le Code de la sécurité routière est bien clair, le piéton a priorité sur les conducteurs et les cyclistes qui doivent lui céder le passage.

De son côté, le piéton doit s’assurer qu’il peut traverser sans risque, c’est-à-dire que les véhicules et les cyclistes l’ont vu et qu’ils lui cèdent le passage.

Martin Héroux, maire de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, souligne que tous les membres des conseils municipaux sont sensibles à la problématique de trafic intense au cœur des villages. Le transport routier a une incidence certaine sur la sécurité des citoyens et citoyennes et faute de pouvoir le détourner, il est primordial de respecter les mesures mises en place, longuement réfléchies, comme les passages piétons.

Richard Rondeau, maire de Saint-Zénon, met l’accent quant à lui sur la responsabilité collective afin d’offrir des rues principales sécuritaires favorisant le commerce de proximité et le développement des économies locales.

Réjean Gouin, maire de Saint-Michel-des-Saints, rappelle de son côté que les limites de vitesse à 50 km/h dans les noyaux villageois ne doivent pas être perçues comme une obstruction à la circulation par les conducteurs, mais bien comme un outil assurant une cohésion entre tous les utilisateurs de la chaussée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.