Publicité

19 juin 2020 - 08:30

Jean-François Malo est soupçonné d'avoir commandité le crime

Tentative de meurtre envers un avocat: un homme d'affaires joliettain arrêté

Par Salle des nouvelles

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec en collaboration avec la Division des enquêtes sur la criminalité financière organisée a procédé à l’arrestation de Jean-François Malo, ce matin à Joliette en lien avec une tentative de meurtre survenue à Mont-Saint-Hilaire.

Jean-François Malo, 41 ans, de Joliette, a été arrêté à son domicile tôt ce matin. Il sera rencontré par les enquêteurs. Il pourrait faire face, entre autres, à des accusations de tentative de meurtre, avoir déchargé une arme à feu, avoir agi de manière et avec l’intention de provoquer la peur sur une personne du système judiciaire et entraver le cours de la justice en usant de violence.

Selon la police, il aurait commandité le crime contre l’avocat, car ce dernier représente la Fédération des caisses Desjardins dans une poursuite civile contre l’homme d’affaires pour une fraude présumée de plusieurs millions de dollars.

Mardi, les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont arrêté les deux individus qui auraient ouvert le feu sur la victime et deux autres présumés complices.

Le 26 mars dernier, les policiers de la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent ont été appelés à se rendre sur la rue des Passerins à Mont-St-Hilaire: l'avocat avait  subi des blessures à une jambe par un ou des projectiles d’arme à feu alors qu’il était dans sa résidence. Il avait été conduit dans un centre hospitalier pour y traiter des blessures qui ne mettaient pas sa vie en danger.

Toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.