Publicité
20 février 2020 - 10:00

Infractions à la Loi sur la protection du consommateur

Entrave au travail d'enquête de l'OPC: l'entreprise Toitures R. Nadon déclarée coupable

Par Salle des nouvelles

L'Office de la protection du consommateur annonce que l'entreprise Toitures R. Nadon inc. et son président, Raymond Nadon, ont été déclarés coupables par le tribunal à Joliette, d'infractions à la Loi sur la protection du consommateur. L'entreprise a écopé d'une amende de 3 000 $ et son président, d'amendes totalisant 2 082 $.

L'Office leur reprochait d'avoir entravé le travail de l'un de ses enquêteurs, en septembre 2018 à Saint-Lin-Laurentides, en refusant de lui fournir les renseignements et de lui remettre les documents qu'il avait le droit d'obtenir dans l'exécution de ses fonctions. M. Nadon a également été reconnu coupable d'avoir déclaré une fausse identité à l'enquêteur de l'Office.  

En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, il est interdit à une entreprise ou à un individu d'entraver, de quelque façon que ce soit, l'action du président de l'Office, ou d'une personne autorisée par lui, dans l'exercice de ses fonctions.

Il est également interdit de le tromper par réticence ou fausse déclaration, ou de refuser de lui fournir un renseignement ou un document qu'il a le droit d'obtenir en vertu d'une loi ou d'un règlement dont l'Office doit surveiller l'application. Le contrevenant s'expose à des amendes de 600 $ à 15 000 $ dans le cas d'un individu, et de 2 000 $ à 100 000 $ pour une personne morale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.