Publicité
15 mars 2019 - 09:09 | Mis à jour : 09:21

Arrestation d’un récidiviste en matière d’alcool au volant

Par Salle des nouvelles

Le samedi 9 mars 2019 vers 03h50, les policiers du Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion ont procédé à l’interception d’un véhicule qui circulait sur la rue Rodrigue près de la montée Major à Terrebonne.

Alors que les policiers ont voulu intercepter le conducteur du véhicule, celui-ci refusait de s’immobiliser et a pris la fuite suivie des policiers. Cette poursuite s'est terminée à Saint-Roch-de-l’Achigan où le conducteur a été arrêté, avec résistance de sa part.

L’individu en question, Yvon Gariépy, a été détenu et a comparu le lundi 11 mars à la Cour du Québec à Laval sous des accusations de refus de se soumettre à un test de dépistage d’alcool, d’omission d’immobiliser son véhicule à la demande d’un agent de la paix, conduite d’un véhicule moteur durant interdiction, refus d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix ainsi que d’avoir résisté à son arrestation.  Ce dernier a des antécédents en matière de conduite avec les capacités affaiblies.

Suite à sa comparution, monsieur Gariépy est demeuré détenu. Il reviendra au tribunal le 4 avril prochain pour son enquête pour remise en liberté.

Le Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion vous rappelle que chaque année, les accidents dus à l’alcool causent en moyenne sur les routes 1800 blessés légers, 260 blessés graves ainsi que 110 décès. De plus, refuser ou omettre de souffler dans l’appareil de détection approuvé ou de faire les épreuves de coordination des mouvements entraîne automatiquement les sanctions les plus sévères. Par exemple, les sanctions prévues au Code de la sécurité routière sont les mêmes que pour la conduite avec un taux d’alcoolémie de 160 mg par 100 ml (0,16), soit 2 fois la limite permise!

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.