Publicité

18 novembre 2021 - 18:00

Par le ministère de la Culture et des Communications du Québec

La Maison Rosalie-Cadron devient une institution muséale agréée

Par Salle des nouvelles

La Maison Rosalie-Cadron est très fière d’annoncer qu’elle est à présent une institution muséale agréée par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

L’agrément des institutions muséales québécoises est délivré par le ministère de la Culture et des Communications au nom du gouvernement du Québec.

Il garantit à la population l’accès à un établissement d’intérêt public de qualité. Ce sceau de qualité s’inscrit dans le respect de normes reconnues internationalement en matière de pratiques muséologiques, et de planification, de protection et de mise en valeur du patrimoine.

Afin de se mériter cette reconnaissance, il a fallu que le musée conforme aux critères d’admissibilité et à l’ensemble des exigences en matière : de gouvernance, de gestion des ressources financières, humaines et physiques, de services aux différentes clientèles, de diffusion et d’éducation.

L’agréement muséal permettra, entre autres, à la Maison Rosalie-Cadron d’avoir accès à des programmes de subvention qui lui étaient, jusqu’à ce jour fermés. «Nos horizons s’agrandissent! L’agrément muséal nous permettra d’atteindre un niveau supérieur», de déclarer Claudine Lalonde, présidente du conseil d’administration de l’institution.

«Le premier projet sur lequel nous nous attelons sera le renouvellement de l’exposition permanente qui date de l’ouverture du musée, en 2006», de mentionner la directrice du
musée, Sophie Lemercier.

Prenez note au passage que la Maison Rosalie-Cadron, située au 1997 rue Notre-Dame à Lavaltrie, est fermé durant la saison hivernale. Ses portes rouvriront au printemps. Pour tous les détails, consulter le site web du musée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.