Publicité

21 juillet 2021 - 08:00

Un photograhe impliqué

Une exposition du photographe Gaétan Savignac au Musée Gilles Villeneuve

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Photographe depuis plus de 70 ans, Gaétan Savignac, résident de Berthierville et aujourd’hui âgé de 91 ans, fait partie des plus grands fans du légendaire Gilles Villeneuve. Une exposition lui est actuellement consacrée au musée dédié au pilote en rappel de cette passion pour la course automobile et la photographie.

Jusqu’à la fin de l’année, le musée Gilles-Villeneuve présente au public une série de photos, la plupart en noir et blanc, mettant en vedette Gilles Villeneuve et le musée qui lui est consacré à Berthierville.

Au cœur de cette exposition, présentée par la Caisse Desjardins de d’Autray, il est possible d’y admirer la plus célèbre des photos de Gaétan Savignac, celle de la famille Villeneuve prise quelques instants après la toute première victoire du pilote de Berthierville en Formule 1, le 8 octobre 1978.

Tenant toujours la caméra, Gaétan Savignac ne ratait aucune occasion pour prendre en photos Gilles Villeneuve. Il était présent lors du Grand Prix du Canada, en 1978, le tout premier à être disputé sur l’île Notre-Dame à Montréal.

À la suite de sa victoire, il a regroupé Georgette et Séville, les parents du champion, Jacques, son frère, petit Jacques et Joan, l’épouse du vainqueur pour immortaliser ce moment, une photo qui a fait le tour du monde.

Gaétan Savignac fait aussi partie des bénévoles du musée, et ce depuis maintenant plus de 35 ans.

« Le musée Gilles-Villeneuve vous invite à parcourir les souvenirs d’un photographe passionné ciblant celui qui au volant de sa Ferrari rouge ne sera jamais oublié », conclut l’équipe du musée par communiqué.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.