Publicité

7 août 2020 - 10:05

Parcours de 34 oeuvres

L'exposition "Escale composite" à voir à la Maison Antoine-Lacombe

Par Salle des nouvelles

La Maison Antoine-Lacombe à Saint-Charles-Borromée a rouvert ses portes le mercredi 15 juillet. En plus des jardins accessibles gratuitement, les visiteurs peuvent désormais accéder aux espaces d’exposition au rez-de-chaussée ainsi qu’à une toilette mobile et un lavabo situés à l’extérieur. Les jardins disposent également de tables à pique-nique.

Pour la période estivale, l’exposition intitulée "Escale composite" rassemble 34 œuvres de plusieurs artistes.

À travers une diversité de techniques artistiques comme l'acrylique, aquarelle, céramique, encre, gravure, huile, pastel, photographie, sculpture et techniques mixtes, les visiteurs pourront découvrir des œuvres de styles et de sujets variés.

Dans la Maison, l’organisme présente une sélection d’œuvres de la collection permanente. Les artistes qui exposaient à la Maison Antoine-Lacombe avant 2004 donnaient par contrat une œuvre à l’organisme. La collection permanente est ainsi constituée de 230 œuvres.

La Maison Antoine-Lacombe est ouverte du mercredi au dimanche de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. Elle sera également ouverte pour la fête du Travail le lundi 7 septembre. Les jardins sont ouverts tous les jours de l’aube jusqu’au coucher du soleil.

 

Les artistes exposant sont: Benoît Beaudry, Isabelle Coiteux, Père Wilfrid Corbeil, Danielle Corriveau, Desro, Dr Henri Desrosiers, Lysette Drainville, Monique Dupuis, Josée Fafard, Sylvain Forest, Gribouilliz, Nicole Hurtubise, Yves Jodoin, Philippe Lacelin-Bellefleur, Josée Lefebvre, Paule Lévesque, Louise-Hélène Mathon, Karola Novak, Mathieu OBH, Alanis Obomsawin, Joanne Poitras, Pierre Quévillon, Christine Rémy, Hélène Richer, Ginet Riou-Wemas, Luc Rivest, Joshanna Rutvanowska, Jean-Guy Saint-Arneault, Thérèse Sr Miville-Deschênes, Susan et Richard Surette, Ginette Trépanier et Lily Vallières.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.