Publicité
13 juin 2019 - 11:10 | Mis à jour : 12:30

En exlcusivité mondiale

Le Centre d’art Diane-Dufresne exposent des oeuvres de Roger Taillibert

Par Salle des nouvelles

Pour sa grande exposition de l’été, le Centre d’art Diane-Dufresne présente, en exclusivité mondiale, du 20 juin au 29 septembre 2019, une sélection de peintures et dessins réalisés par Roger Taillibert, architecte du Stade olympique de Montréal, legs majeur de la modernité.

Ce corpus d’œuvres, jamais dévoilé au public, a été réalisé par le célèbre architecte français tout au long de sa prolifique carrière. Alors qu’il réalisait de grands ensembles architecturaux dans les grandes capitales du globe, nous découvrons que son violon d’Ingres était la peinture. Ses tableaux, œuvres fortes et denses, laissent deviner, en filigrane, une figuration émergente et assumée, ayant pour thèmes de prédilection l’architecture, le sport et la nature. Ses tableaux sont une ode à la couleur dans son acception la plus haute.

L’exposition Volumes et lumière met en parallèle ses deux passions dont l’influence réciproque est mise en valeur par une scénographie en deux temps :  ses œuvres architecturales et ses œuvres peintes se répondant, comme les deux faces d’une même médaille.

Un documentaire inédit d’Alain Stanké, réalisé avec M. Taillibert entre Paris et Saint-Sauveur, sera présenté au public. M. Taillibert s’y révèle sans artifices et nous fait partager souvenirs et anecdotes de son enfance à aujourd’hui.

Souvent sollicité pour exposer ses œuvres sans jamais accepter de se dévoiler, c’est au Centre d’art Diane-Dufresne, à Repentigny, qu’il a décidé de partager, pour la première fois, le fruit de ses années de création.

Le corpus d’œuvres proposé a été réalisé en France et au Québec. En effet, Roger Taillibert réside habituellement à Paris, mais c’est dans les Laurentides qu’il se réfugie, plusieurs mois par an, depuis plus de quarante-cinq ans.

L’exposition Volumes et lumière retrace le parcours de l’architecte, du peintre et de l’humaniste aujourd’hui âgé de 93 ans dont la mission première a toujours été l’épanouissement de la jeunesse à travers le sport, dans l’esprit des Jeux olympiques modernes tels que les a imaginés le baron Pierre de Coubertin et dans la continuité des politiques publiques de son ami, le maire de Montréal, Jean Drapeau.

Du Parc des Princes de Paris au Parc olympique de Montréal en passant par le Khalifa International Stadium de Doha, la piscine de Deauville ou le complexe sportif de Villeneuve-D’Ascq, l’histoire mondiale de l’architecture retiendra le legs majeur de Roger Taillibert. Ses stades gigantesques sont de véritables cathédrales de béton dédiées au sport de compétition et révèlent sa nature et sa stature de créateur hors-norme. Cette incursion dans le jardin secret de son œuvre picturale saura aussi surprendre par sa liberté créatrice qui ne connaît ni frontières ni limites.

Les commissaires

Alain Stanké est un auteur, journaliste, éditeur, animateur, producteur et sculpteur. Ses rencontres avec de grandes personnalités nationales et internationales ont fait de lui un humaniste de premier plan qui sait poser avec sagesse et lucidité son regard sur la société. Il est l’éditeur de l’ouvrage de M. Taillibert, « Notre cher Stade olympique, Lettres posthumes à mon ami Drapeau», paru en 2000.

Maxime-Alexis Frappier agit à titre de président et concepteur principal de l’agence ACDF, qui compte plus de 90 employés et à qui l’on doit la réalisation Centre d’art Diane-Dufresne et la scénographie de l’exposition Volumes et Lumière. La qualité des réalisations d’ACDF ont mené le bureau à s’illustrer tant au Québec qu’ailleurs au Canada et dans le monde, comme en témoigne la centaine de publications dont ils ont fait l’objet et les nombreuses distinctions, dont plusieurs prix de l’Ordre des architectes du Québec, une Médaille du Gouverneur général du Canada en architecture et le prix du Jeune Architecte de l’Institut Royal d’architecture du Canada en 2013. Maxime-Alexis Frappier, fort de ses talents de communicateur et de rassembleur, participe activement à la diffusion de l’architecture dans les médias, ce qui lui permet d’apporter sa contribution à l’essor de la profession.

Les évènements en lien avec l’exposition

Grande exposition de l’été, Volumes et Lumière, résonnera à travers la ville grâce à de nombreuses activités.

  • Mardis créatifs

Ateliers de création aux couleurs de l’exposition Volumes et lumière.
5 $ / enfant. Inscription au 450 470-3010 ou au ville.repentigny.qc.ca.

 

Archi-sportif

9 et 16 juillet, 10 h et 14 h

Technique : maquette ludique


Athlète des couleurs

13 et 20 août, 10 h et 14 h

Technique : peinture

 

  • Visite spéciale : volume et lumière

4 juillet, 19 h

Découvrez le travail de Roger Taillibert en compagnie de l’architecte renommé et co-commissaire de l’exposition, Maxime-Alexis Frappier, lors d’une visite commentée.

Inscription requise au 450 470-3010 ou au ville.repentigny.qc.ca. Même tarification que pour l’exposition.

 

  • Conférence de Maxime-Alexis Frappier, Co-Commissaire

18 juillet, 19 h

Gratuit

 

  • Un café avec Alain Stanké, Co-Commissaire

10 août, 14 h

Faites la rencontre d’Alain Stanké, co-commissaire de l’exposition Volumes et lumière, lors d’une discussion autour d’un café. Même tarification que pour l’exposition.

 

  • Nocturne

23 août, 21h à minuit

Ambiance électrisante, visite nocturne de l’exposition, atelier de création, service de bar et bouchées gourmandes seront au rendez-vous.
18 ans et plus. Membres : gratuit / Non-membre : 8$

 

  • Virée découverte MAJ – CADD

  • 23 AU 25 AOÛT

Le Centre d’art Diane-Dufresne et le Musée d’art de Joliette (MAJ) s’associent pour vous offrir une fin de semaine remplie d’activités. Grâce au laissez-passer découverte, vous profiterez des expositions et des activités culturelles offertes spécialement par les deux institutions et de nombreux privilèges. Informations et laissez-passer au 450 470-3010 ou au ville.repentigny.qc.ca.

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.