Publicité
29 janvier 2019 - 14:25 | Mis à jour : 15:34

Quatre nouvelles expositions au Musée d’art de Joliette : du 2 février au 5 mai 2019

La saison hiver-printemps 2019 du Musée d’art de Joliette (MAJ) s’annonce aussi riche que celles de l’an dernier avec quatre nouvelles expositions présentées du 2 février au 5 mai 2019 sous le signe de la pluralité des regards sur le territoire canadien et de la construction de l'identité : James Wilson Morrice. Une collection offerte par A. K. Prakash à la nation, une exposition produite et mise en circulation par le Musée des beaux-arts du Canada, De tabac et de foin d’odeur. Là où sont nos rêves, une exposition collective d’artistes autochtones contemporains commissariée par Guy Sioui Durand, Suite canadienne, une démonstration, d’Adam Kinner et Je suis chantier, une exposition jeunesse des artistes québécois Cédric Delorme-Bouchard et Kévin Pinvidic. L’habituel accrochage de quelques pièces de la collection du MAJ à l’« Espace 3e » mettra en valeur cette saison des œuvres de Davidialuk Alasua Amittu, Ashoona Pitseolak, Joe Talirunili et Norval Morrisseau.

 

QUATRE EXPOSITIONS ET UN ACCROCHAGE

James Wilson Morrice. Une collection offerte par A. K. Prakash à la nation  

L’un des plus grands peintres modernistes du Canada, James Wilson Morrice (1865–1924), est à l’honneur dans cette exposition de grande envergure présentée au MAJ en première québécoise. L’exposition retrace le parcours de Morrice depuis ses premières années comme artiste expatrié à Paris, puis au fil de ses nombreux voyages de peinture en plein air en France, en Italie, en Afrique du Nord et dans les Antilles, jusqu’à ses retours annuels dans son Canada natal. Constituée d’un don exceptionnel de monsieur A. K. Prakash, l’exposition est composée d’une quarantaine d’œuvres du grand maître. Elle explore le rapport étroit entre l’un des collectionneurs les plus avisés du pays et son artiste de prédilection, le peintre canadien de renommée internationale J. W. Morrice.

Organisée par le Musée des beaux-arts du Canada et réalisée grâce au généreux soutien de la Fondation A. K. Prakash, de la Fondation familiale Donald R. Sobey et de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada.

L’exposition est commissariée par Katerina Atanassova, conservatrice principale de l’art canadien au Musée des beaux-arts du Canada.

 

De tabac et de foin d’odeur. Là où sont nos rêves

Avec l’exposition collective De tabac et de foin d’odeur. Là où sont nos rêves, le MAJ vibrera au moyen d’étonnants dispositifs artistiques autochtones, nomades en quelque sorte, oscillant entre matérialité et énergies invisibles, esthétique et éthique, à l’intérieur et à l’extérieur du musée. Cette vision autochtone vise un nécessaire ré-ensauvagement de nos rapports au monde et invite au renouvellement des relations mutuelles. Les artistes de sept des dix premières nations du territoire québécois y présenteront leur travail. Eruoma AwashishJacques NewashishCatherine Boivin et Terry Randy Awashish (Atikamekw) se joignent à Christine Sioui Wawanoloath(Waban A’kis) ainsi qu’à Hannah Claus (Kanien’kehá:ka) et à Sonia Robertson (Pekuakamiulnuatsh). Caroline Monnet (Anishinabe) présente une œuvre en duo avec Daniel Watchorn et une deuxième avec Ludovic Boney(Wendat), produite par l’Office national du film du Canada. Plusieurs œuvres seront exposées dans des endroits inhabituels, au Musée et dans la ville. Un événement de finissage en compagnie des artistes et commissaire est prévu le dimanche 28 avril à 14h (gratuit).

De tabac et de foin d’odeur. Là où sont nos rêves est réalisée en partenariat avec le Collectif des commissaires autochtones, grâce au soutien du Conseil des arts du Canada (bourse Premier chapitre) et en collaboration avec l’Office national du film du Canada. Trois partenaires locaux contribuent à son rayonnement : le Centre d’amitié autochtone de Lanaudière (projet Waskapitan), Kiwimédia et Ciné-répertoire de Lanaudière.

L’exposition est placée sous le commissariat de Guy Sioui Durand.

 

Adam Kinner. Suite canadienne, une démonstration

L’artiste visuel et chorégraphe Adam Kinner revisite une œuvre phare de Ludmilla Chiriaeff, la fondatrice des Grands Ballets canadiens. Chorégraphiée pour la première fois en 1957, la Suite canadienne a joué un rôle de premier plan dans la mise sur pied d’un programme de ballet au Québec. Kinner propose une réactualisation de ce moment culturellement fort avec une exposition composée d’œuvres installatives et vidéographiques et de documents d’archives. En repensant la résonnance que l’œuvre de Chiriaeff éveille encore aujourd’hui, il nous invite à porter un regard neuf sur l’histoire du Québec.

Adam Kinner sera également en résidence de danse durant cinq jours au MAJ, résidence qui culminera avec une performance le jour du vernissage, le 2 février 2019. Pour cette performance, Kinner dansera aux côtés de Hanako Hoshimi-CainesLouise Michel JacksonKelly KeenanJustin de Luna et Mulu Tesfu. Les deux volets de ce corpus engagent un dialogue transdisciplinaire et une réflexion sur les relations entre danse et arts visuels, corps et histoire, individualité et nationalité.

L’exposition et la résidence sont réalisées en collaboration avec le Théâtre Hector-Charland et la Ville Notre-Dame-des-Prairies et soutenues par le Conseil des arts du Canada.

L’exposition est commissariée par Anne-Marie St-Jean Aubre, conservatrice à l’art contemporain du Musée d’art de Joliette.

 

Je suis chantier – exposition jeunesse

Dans Je suis chantier, les artistes québécois Cédric Delorme-Bouchard et Kévin Pinvidic invitent le jeune public à se perdre dans les dédales d’une architecture des possibles. Cette exposition participative se situe à la frontière des arts visuels et médiatiques, de l’architecture et du théâtre. Elle propose une expérience multisensorielle où les enfants déambulent de découverte en découverte. Dans cet environnement immersif, les petites et les grandes personnes sont invitées à ouvrir leur esprit aux possibles, à se mettre en chantier, de l’intérieur comme de l’extérieur.

Un atelier-laboratoire se déroulera le dimanche 24 mars de 14h à 15h. Les familles seront les bienvenues pour rencontrer l’équipe de Samsara Théâtre et expérimenter avec elle.

Je suis chantier est présentée par le Club Richelieu Joliette, la Fondation Richelieu de Joliette et la Fondation Harnois-Richelieu et réalisée grâce au soutien et à l’aide financière du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Cette exposition est commissariée par Samsara Théâtre.

 

Voix – accrochage de quatre toiles des collections du MAJ

Les quatre œuvres des collections du MAJ présentées à l’Espace 3e cette saison ont été sélectionnées dans le but de présenter des voix trop souvent oubliées de la vision institutionnelle de l’art du 20e siècle. Ce n’est que dans les années 1980 et surtout dans les années 1990 que les musées canadiens ont réalisé des expositions de grande envergure qui ne reposaient pas sur une vision eurocentrique de l’art canadien. Les artistes inuit et autochtones Norval MorrisseauAlasua Davidialuk AmittuAshoona Pitseolak et Joe Talirunili, par leur production artistique des décennies précédant cette transformation, ont jeté les bases de ce qui allait devenir une voix essentielle de la compréhension contemporaine de l’art canadien.

Cet accrochage est commissarié par Jean-François Bélisle, directeur général et conservateur en chef du MAJ.

 

ACTIVITÉS CULTURELLES DU 2 FÉVRIER AU 5 MAI

Pour sa dernière saison de programmation, le MAJ a accueilli près de 600 enfants dans le cadre de visites scolaires ou de visites organisées par des CPE, et ce, sans compter les visiteurs libres venus en famille. Le MAJ veut continuer sur cette lancée en proposant toute une ribambelle d’activités pour le jeune public : en plus de l’exposition jeunesse Je suis chantier, l’équipe d’éducation du MAJ propose un atelier créatif gratuit lors du vernissage du 2 février, huit Matinées créatives (présentées par la Caisse Desjardins de Joliette), quatre après-midis remplis d’activités créatives à l’occasion de la Semaine de relâche et un atelier-laboratoire avec Samsara Théâtre. Le MAJ prépare aussi la saison estivale avec le début des inscriptions en mars à son fameux Camp de jour.

 

Le public adulte aura plusieurs activités à se mettre sous la dent, dont certaines nouveautés : trois rencontres d’artistes, trois lunch-conférences du jeudi, une conférence d’Esther Trépanier au sujet de J.W. Morrice, une série de trois concerts intimes en collaboration avec le Centre culturel de Joliette (présentée par Priciderm soins médico-esthétiques), une soirée de poésie avec Bouc Productions, un parcours déambulatoire avec la chorégraphe Julie Pilon d’Empreinte Vague, des ateliers libres de croquis en salle, des ateliers avec modèle vivant et un cours de maître avec le photographe Paul Litherland.

 

VERNISSAGE et MAJ-EXPRESS

Le vernissage des expositions d’hiver-printemps aura lieu le samedi 2 février, de 14h à 17h.

Au programme : visites commentées des expositions en compagnie des artistes et des commissaires, atelier créatif pour toute la famille et performance d’Adam Kinner et cinq danseurs.

L’événement est gratuit et ouvert à tous.

Le MAJ-Express, une navette effectuant l’aller-retour Montréal-Joliette, partira à 12 h 30 de la Gare d’autocars de Montréal (Métro Berri-UQÀM) ; elle revient pour 18h. Coût de la navette : 10$ l’aller-retour. Réservation obligatoire pour la navette : https://www.weezevent.com/maj-express-6

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.