Publicité

9 avril 2013 - 14:48

La passion des mots

Par Louis-Antoine Lemire

Toutes les réactions 1

Journaliste pendant une quarantaine d’années, Claude Gravel a toujours eu une passion pour l’écriture.

 

Son métier a fait en sorte qu’il a beaucoup écrit de nouvelles dans sa carrière. Cependant, ce type d’écriture ne permet pas d’aller en profondeur sur certains sujets, a expliqué l’auteur originaire de Saint-Jean-de-Matha. C’est pour cette raison que le passionné de l’histoire du Québec a décidé de quitter la Société Radio-Canada en 2008, pour se consacrer à l’écriture. Malgré le fait qu’il n’a jamais été un spécialiste dans le domaine religieux, cette matière l’a toujours fasciné. En novembre 2010, il a publié un album illustré sur la vie dans les communautés religieuses portant sur les années 1840 à 1960.Dans cet ouvrage il a dressé un bref portait de Mère Sainte-Anne-Marie, qui était selon lui, tombée dans l’oubli. « J’ai proposé à mon éditeur d’écrire un livre sur cette dame qui a un parcours de vie fascinant », a souligné M. Gravel. Son livre, La féministe en robe noire, raconte l’histoire de cette religieuse, qui a fondé le premier collège classique pour fille en 1908. Selon l’écrivain, la religieuse s’est battue une bonne partie de sa vie pour que les femmes aient accès à l’enseignement supérieur. « Il faut se rappeler que les filles n’avaient pas accès à l’université en 1900 », a précisé M. Gravel.

Technologie

Ce qui a été le plus difficile pour M. Gravel dans son processus de création a été la discipline d’écriture. Selon lui, le travail d’écriture demande qu’on s’enferme quelques heures par jour sans se laisser distraire par tout ce qui à autour. « Avec les téléphones intelligents et les tablettes, c’est difficile de décrocher complètement », a constaté M. Gravel, qui ajoute qu’aujourd’hui les gens sont sollicités de partout.

M. Gravel ne se fixe pas d’objectif de vente en ce qui concerne les ventes de son livre. Il est conscient qu’il intéressera d’abord les communautés religieuses et les gens de l’enseignement. Toutefois, il souligne que l’écriture de ce livre est comme un roman. Pour tenter de le rendre plus accessible, l’écrivain parle de ce qu’était la société québécoise à cette époque. Toutefois, il précise qu’il ne se décrit pas comme un historien, mais bien comme un auteur qui écrit des histoires. « Je suis un journaliste avant tout », a-t-il conclu

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Je m'intéresse au même champ de recherche que M. Claude Gravel depuis maintenant plus de cinq ans.Pourriez-vous m'aider à entrer en contact avec lui ?

    Je dois au Frère Gilles Beaudet f.é.c. de me l'avoir fait connaître.

    Luc BERNIER - 2014-11-26 05:07