Publicité

16 janvier 2021 - 08:00

Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale 

Mesures sanitaires: les secteurs de la construction et du manufacturier rappelés à l'ordre

François Provost

Par François Provost, Journaliste

« Si un plus grand respect des consignes n'est pas constaté dans les prochains jours, le gouvernement n'aura d'autre choix que d'annoncer de nouvelles restrictions pour ces secteurs », a indiqué aujourd'hui le cabinet du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale dans un communiqué, au sujet des chantiers de construction et des entreprises manufacturières.

En effet, plusieurs cas de non-respect des mesures sanitaires ont été rapportés dans les derniers jours dans ces secteurs.

« Si le problème persiste, le gouvernement du Québec prendra ses responsabilités et n'hésitera pas à fermer des chantiers ou des entreprises ainsi qu'à remettre des constats d'infraction aux contrevenants. D'ailleurs, la CNESST a donné plusieurs constats d'infraction pour non-respect des mesures sanitaires depuis le début de la pandémie », a commenté Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Le ministère rappelait la politique de « tolérance zéro » pour les contrevenants et appelle à la solidarité des employeurs et des travailleurs concernés. 

« Je connais l'importance névralgique du secteur manufacturier et de celui de la construction pour l'économie du Québec. Cependant, personne n'est au-dessus des lois et nous avons besoin de la collaboration de tout un chacun », rappelle Jean Boulet.

Le gouvernement rappelle la nécessité des entreprises du secteur de réduire au minimum les activités pour assurer la réalisation de leurs engagements, l'obligation du télétravail lorsque possible et l'ajustement des quarts de travail pour limiter les présences simultanées d'un trop grand nombre d'individus sur un même site. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.