Publicité

2 décembre 2020 - 14:00

À cause de la pandémie

La SADC Matawinie soutient les travailleurs en difficulté

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) épaule les entreprises ainsi que les travailleurs autonomes qui ne sont pas en mesure de bénéficier de l’appui du gouvernement fédéral. L’aide octroyée est offerte sous forme de fonds de roulement pouvant aller jusqu’à 40 000 $ ou de contribution non remboursable pour des besoins d’aide technique.

Dans la première phase du FARR, ce sont 25 entreprises de la MRC de Matawinie qui se sont partagé 472 000 $.

Avec le soutien financier additionnel au montant de 352 000 $ attribué à chaque organisme du réseau des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et des Centres d’aide aux entreprises (CAE), la SADC Matawinie est plus que prête à aider les entrepreneurs de son territoire.

« Ces derniers mois, les SADC et les CAE ont démontré, une fois de plus, leur rôle crucial : leurs services de proximité, leur expertise et leur dynamisme ont permis à des milliers d’entrepreneurs d’être mieux outillés pour la relance économique », a souligné Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles.

20 entreprises ont également pu bénéficier du volet Aide technique du FARR.

Au total, ce sont plus de 67 000 $ qui ont été versés aux entreprises de la MRC de Matawinie à cet effet pour des besoins d’aide technique tels que l’adoption des technologies pour le commerce en ligne, l’optimisation de site internet et la création de boutiques en ligne transactionnelles, et ce, pour pouvoir pallier à la fermeture physique des entreprises et demeurer accessibles à la clientèle.

Pour Jonathan Landreville directeur général de la SADC Matawinie, l’aide du Fonds d’aide et de relance (FARR) a permis de mettre un baume sur les problèmes de liquidités des entreprises, certes, mais elle a également permis de mettre un baume sur certains aspects plus techniques et d’actualité. « Nous avons été très proactifs, et ce, dès l’arrivée de la pandémie. Toute l’équipe de la SADC s’est investie pleinement et a travaillé d’arrache-pied en prêtant main-forte aux entreprises touchées. Le virage numérique est une des solutions importantes pour pallier à la crise actuelle, mais aussi à plus long terme. Pour beaucoup de cas, si ton entreprise est présente et bien positionnée sur le web et permettant le commerce en ligne, la santé de ton entreprise est en meilleure posture qu’une entreprise qui ne l’est pas. ».

À cet effet, Monique Smismans, propriétaire de l’auberge Le Cheval Bleu située à Saint-Alphonse-Rodriguez dans Lanaudière, ne mâche pas ses mots quant aux retombées positives qu’a eu le FARR envers son entreprise « Nous souhaitions depuis longtemps améliorer notre site et mieux encore, le refaire complètement, mais avec la fermeture obligatoire de notre entreprise, due à la COVID-19, nous n’étions plus en mesure de réaliser ce projet. Même pas juste une amélioration et encore moins une refonte complète. Le programme du FARR et l’aide de la SADC ont vraiment été une opportunité pour l’auberge Le Cheval Bleu ; elle ne pouvait tomber mieux. Merci tellement !»

Avec l’aide de la SADC Matawinie, Monique Smismans a pu optimiser son site internet en y effectuant une refonte complète et en modernisant celui-ci au gout du jour.

Le soutien financier additionnel accordé dans le cadre du FARR 2.0 viendra en aide plus précisément aux entreprises les plus touchées par la crise actuelle. Les entreprises intéressées peuvent dès maintenant contacter la SADC Matawinie pour obtenir plus d’informations, vérifier leur admissibilité et déposer une demande.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.