Publicité
4 juin 2019 - 11:39 | Mis à jour : 11:53

L’entreprise Scierie Rivest inc. de Saint-Jean-de-Matha doit verser plus de 27 464 $ pour avoir enfreint la Loi sur la qualité de l’environnement

Par Salle des nouvelles

Le 12 mars 2019, l’entreprise Scierie Rivest inc., de Saint-Jean-de- Matha, dans la région de Lanaudière, a été déclarée coupable de deux infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement.

Le 22 septembre 2015, à Saint-Jean-de-Matha, étant titulaire d’une autorisation, l’entreprise a omis d’en respecter les conditions lors de l’exploitation de l’ouvrage, soit celle d’avoir entreposé du bran de scie à l’extérieur d’un bâtiment, contrevenant ainsi à l’article 123.1 de la Loi sur la qualité de l’environnement.

De plus, le même jour, étant propriétaire d’un lieu où des matières résiduelles ont été déposées ou rejetées, l’entreprise a omis de prendre les mesures nécessaires pour qu’elles soient stockées, traitées ou éliminées dans un lieu autorisé, contrevenant à l’article 66, 2e alinéa, de la Loi sur la qualité de l’environnement.

L’entreprise a été condamnée à verser une amende totalisant 22 500 $ et doit, en plus des frais judiciaires, rembourser les frais de poursuite engagés par le Ministère, soit un montant de 4 964 $.

Liens connexes :

Les citoyennes et les citoyens peuvent signaler tout acte ou geste pouvant affecter la qualité de l’environnement en personne au bureau du Centre de contrôle environnemental du Québec le plus près, par Internet à l’adresse www.environnement.gouv.qc.ca/ministere/plaintes/plaintes-env.htm ou par téléphone, à Urgence-Environnement, au 1 866 694-5454.

On peut consulter le registre des déclarations de culpabilité à des infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement ou à ses règlements à l’adresse suivante : www.registres.environnement.gouv.qc.ca/condamnations/recherche.asp.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.