Publicité

21 juin 2021 - 07:00

Maladie de Lyme

Mise en garde contre les tiques dans Lanaudière

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

La Direction de santé publique de Lanaudière tient à rappeler à la population l’importance de se protéger contre les piqûres de tiques puisque certaines sont transmettrices de la maladie de Lyme.

Les villes de Terrebonne et de Mascouche sont maintenant considérées comme zone à risque significatif d’acquisition de la maladie de Lyme. Au cours des deux dernières années, 17 des 29 cas de maladie de Lyme qui ont été déclarés à la Direction de santé publique étaient d’acquisition probable dans la région. 

La maladie de Lyme est transmise par la piqûre de la tique à pattes noires, si celle-ci est porteuse d’une bactérie nommée Borrelia burgdorferi. On les retrouve principalement dans les hautes herbes et les autres végétaux sur le sol.

Une tique adulte peut mesurer entre 1 et 3 millimètres, mais dans les heures suivant une piqûre, elles se gorgent de sang, pouvant tripler son volume. La tique a alors l’apparence d’une boule de sang de quelques millimètres. Il faut alors la retirer le plus rapidement possible.

Si cette dernière demeure dans la peau, une rougeur prenant la forme d’une cible peut apparaitre. Cela cause peu ou pas de douleur, ni de démangeaison et dure au moins 2 jours. Entre 3 et 30 jours, de la fièvre, des maux de tête, de la fatigue et des courbatures peuvent survenir. 

Lorsque détectée à un stade précoce, l’infection se traite à l’aide d’antibiotiques. Si elle n’est pas détectée et traitée rapidement, des complications peuvent survenir, comme des problèmes cardiaques, neurologiques et articulaires. Ils sont parfois irréversibles.

Pour en savoir davantage sur les symptômes de la maladie de Lyme et pour savoir quand consulter, visitez le quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/maladie-de lyme.

Protection et traitement

Pour mieux se protéger des piqûres, voici des habitudes à adopter : 

  • Marcher de préférence dans les sentiers et éviter les herbes hautes;
  • Utiliser un chasse-moustiques sur les parties exposées du corps;
  • Porter un chapeau, des souliers fermés ainsi que des vêtements de couleur claire;
  • Entrer son chandail dans son pantalon et le bas de son pantalon dans ses chaussettes ou ses bottes;
  • Au retour d’une activité à l’extérieur, examiner vêtements et équipement, et inspecter son corps dans la douche ou dans son bain. Ne pas oublier les animaux de compagnie;
  • Éviter l’accumulation de feuilles mortes et de broussailles sur votre terrain;
  • Aménager les aires de jeux des enfants loin des arbres, car les tiques préfèrent les endroits boisés.

Si une tique s’est accrochée à la peau, il faut la retirer minutieusement avec une pince fine, en évitant de presser son corps. Consulter rapidement si vous demeurez en zone à risque. Pour savoir comment la retirer de façon sécuritaire et pour connaître les recommandations à la suite de son retrait, consultez le site Web quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-et-environnement/retrait dune-tique-en-cas-de-piqure.

Si la piqûre se situe dans une zone identifiée comme étant à risque, un antibiotique également peut alors être prescrit en prévention pour éviter de contracter la maladie de Lyme. Certains critères doivent être respectés pour avoir accès à ce traitement préventif. Pour plus informations, composez le 811 ou consultez votre médecin de famille.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.