Publicité

23 mai 2021 - 09:00

Bureau du coroner

Une mise au point à venir dans l’enquête publique sur la mort de Joyce Echaquan

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

La coroner enquêteur, Me Géhane Kamel, qui mène des audiences publiques pour faire la lumière sur les circonstances et les causes de la mort de Joyce Echaquan, fera mardi une mise au point sur les propos qu’elle tenus.

Me Géhane Kamel s’est attirée son lot de critiques cette semaine lors du témoignage de la préposée impliquée dans l’histoire de la mort de Mme Echaquan.

La femme atikamekw de la communauté de Manawan, qui avait été victime d’insultes racistes à son égard par des membres du personnel de l’hôpital de Joliette, était morte de façon tragique en septembre dernier.

La coroner a affirmé, alors qu’elle a demandé de faire jouer la triste vidéo, après que la préposée en question expliquait avoir évoqué les enfants de la patiente afin de la ressaisir : « Ça, vous pensez que c’est dit plein d’amour ? C’est plein de jugement ! ».

Elle a continué en parlant du ton de la préposée qui sonnait comme « t’as l’air d’une grosse vidange en train de se désorganiser », a-t-elle lancée.

Cette dernière aurait manqué de réserve en prenant partie dans le dossier sur lequel elle enquête, transgressant son code de déontologie.

Suite des audiences

La coroner en chef du Québec, Me Pascale Descary a indiqué dans un communiqué prendre « acte des récentes réactions, qu'elles soient médiatiques ou citoyennes, au sujet de certains propos prononcés lors des audiences par la coroner enquêteur ».  

Elle réitère toutefois sa « pleine confiance » en Me Kamel, laquelle poursuivra ses travaux comme prévu à compter du 25 mai prochain au Palais de justice de Trois-Rivières. Me Kamel doit mener des audiences publiques jusqu'au 2 juin inclusivement dans ce dossier. L’allocution sera faites à 9h mardi selon les informations communiquées.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.