Publicité

7 juillet 2020 - 09:51

Texte commandité

La 3D industrielle: un marché exponentiel

 

Après l’entrée de la découpe et gravure laser de métaux, c’est au tour des imprimantes 3D. Depuis son arrivée sur le marché, cette machine a attiré la curiosité de nombreuses personnes. Et actuellement, plusieurs entreprises et industries au Québec se sont déjà engagées dans l’utilisation de cette révolution 4.0.

Comment fonctionne l’impression 3D ?

L’impression 3D est certainement l’une des plus grandes découvertes qu’on ait faite après Internet. L’impression 3D ou l’impression additive permet de créer diverses pièces en trois dimensions, selon un modèle numérique conçu avec l’aide d’un ordinateur. Pour la réalisation, l’imprimante fonctionne en additionnant successivement de fines couches de matériau selon un axe vertical.

Ce procédé permet de construire des pièces complexes et elle peut même aller jusqu'à améliorer les performances de la pièce avec un meilleur design. Par ailleurs, si les matériaux utilisés sont de qualité, l’impression permet de créer des pièces plus légères et plus résistantes. Les Pièces ainsi produites seront ensuite destinées à différents secteurs : le transport, l’aéronautique, la bijouterie.

L’utilisation de l’impression 3D dans le domaine industriel apporte de nombreux avantages :

·         la méthode est rapide puisque les pièces peuvent être effectuées en quelques heures seulement

·         la réduction des coûts de production surtout au niveau de la main-d’œuvre puisque l’appareil ne nécessite qu’une seule personne pour la manipulation

·         la réduction des risques

·         la personnalisation

L’imprimante 3D pour sauver des vies

Suite à la crise sanitaire causée par le Coronavirus, plusieurs entreprises et industries disposant d’imprimantes 3D étaient sollicitées pour créer des produits destinés au personnel médical. En effet, étant donnée la pénurie mondiale de certains matériels médicaux, les grands pays ont dû faire appel aux entreprises locales pour sauver des vies et limiter la propagation du virus. Comme l’Italie, le Québec s’y est donc mis.

Aussi, ces entreprises ont été chargées de créer des masques et des visières médicales. Ces produits ont ensuite été envoyés aux résidences pour personnes âgées et hôpitaux qui ont déjà été nombreux à passer commande. Mais les commandes ne sont pas uniquement adressées aux grandes entreprises. Les petites entreprises d’impression qui ne disposent que d’une seule machine sont également contactées par des médecins.

Il convient de souligner que l’utilisation de l’imprimante 3D ne se limite pas à la pandémie du COVID 19. Un projet de partenariat du CRIQ avec le CHU de Québec-Université Laval a été lancé bien avant la crise, concernant l’utilisation de l’imprimante pour la création des implants pour la mâchoire et des prothèses orthopédiques sur mesure pour des patients. 

Les entreprises et personnes qui souhaitent avoir plus d’informations concernant l’impression additive peuvent se renseigner auprès du Centre de recherche industrielle du Québec. En plus de vous informer, la CRQI peut également mettre des experts techniques à votre disposition.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.