Publicité

30 mars 2020 - 09:19 | Mis à jour : 11:12

Une aide d’urgence de 133 M$ pour les aînés et les personnes vulnérables

Par Salle des nouvelles

Afin de s'assurer que les installations qui hébergent ou accueillent des personnes aînées ou des clientèles avec des besoins spécifiques disposent des moyens nécessaires pour faire face aux défis liés à la pandémie de la COVID-19, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, annonce aujourd'hui l'octroi d'une aide d'urgence totalisant plus de 133 M$.

L'aide se décline ainsi :

• Une somme de 40 M$ sera versée aux résidences privées pour aînés (RPA) certifiées;

• Une somme de 20 M$ sera octroyée aux CHSLD privés non conventionnés;

• Une somme de 73 M$ sera versée aux ressources intermédiaires (RI) et aux ressources de type familial (RTF).

Il s'agit d'une mesure exceptionnelle pour une situation qui l'est tout autant.

Ces montants permettront à ces ressources d'hébergement de composer avec leurs enjeux de ressources humaines (heures supplémentaires et embauche de personnel additionnel) et d'approvisionnement en équipements de protection et de désinfection, afin d'assurer la protection, la sécurité et la santé des personnes hébergées.

« Dans les derniers jours, beaucoup de pression s'est fait ressentir à l'égard des propriétaires de milieux de vie pour les personnes aînées et les personnes vulnérables, souligne Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants. Tout comme nous, ils ont à cœur d'offrir un milieu de vie sécuritaire à leurs résidents et au personnel durant la crise de la COVID-19. Avec cette aide d'urgence, on va pouvoir engager plus de personnel, acheter plus de matériel de protection et plus de désinfectant. On se donne les moyens pour mieux s'occuper de nos aînés et, surtout, mieux les protéger. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.