Publicité

25 mars 2020 - 10:30

La demande d’agents de sécurité explose pour assurer les services essentiels

Par Salle des nouvelles

Le Bureau de la sécurité privée (le « BSP ») fait un appel au public afin de combler les besoins d'agents de sécurité.

Afin d'assurer la protection de nos « anges gardiens » qui travaillent dans le secteur de la santé, et pour rassurer le public pendant cette période particulière, le BSP lance un appel pour le recrutement d'agents de sécurité privée.

Décrétées par le Gouvernement du Québec comme faisant partie de la liste officielle des services et activités prioritaires, les agences de sécurité sont sollicitées de toutes parts afin d'offrir leurs services de sécurité privée.

Les agences de sécurité s'activent à déployer leurs agents pour assurer la protection de nos « anges gardiens », les services essentiels en matière de sécurité et rassurer la population durant cette crise. Mais ces agences de sécurité manquent de personnel et ont besoin de plus d'effectifs pour répondre à la demande.

Le Québec vit actuellement un ralentissement économique dans plusieurs secteurs d'activité.

Les titulaires d'un permis régulier ou temporaire d'agent valide exceptionnellement acceptés

Si vous êtes disponible, le BSP vous invite à communiquer avec les agences de sécurité privée de votre région pour soumettre votre candidature dès maintenant. Il faut savoir que toute personne souhaitant exercer une activité de sécurité privée ou toute entreprise souhaitant offrir des services de sécurité privée doit obligatoirement, selon la Loi sur la sécurité privée (« LSP »), être titulaire d'un permis valide de la catégorie appropriée.

Pour ce faire et procéder à une demande de permis en ligne en bonne et due forme, vous devez consulter le site du Bureau de la sécurité privée, qui est l'organisme d'autoréglementation régissant l'industrie de la sécurité privée au Québec et les six grands secteurs d'activité assujettis à la LSP. À noter que ce sont les agences de sécurité qui sont responsables de leur recrutement et que le BSP n'engage pas d'agents de sécurité privée.

Par ailleurs, le BSP a décrété que toute personne étant déjà titulaire d'un permis régulier ou temporaire d'agent valide, et ce, peu importe la catégorie de permis, peut exceptionnellement et dès maintenant exercer une activité de gardiennage sur le territoire québécois dans le contexte de l'état d'urgence que nous vivons présentement. Exemple : Si vous êtes titulaire d'un permis valide d'agent régulier en investigation (ou toute autre catégorie), il vous est possible de faire la différence et d'offrir vos services pour des besoins de main-d'œuvre en lien avec la pandémie.

Considérant la situation d'urgence de crise, le BSP a créé une section spécifique au bspquebec.ca/COVID-19 afin de répondre au volume élevé de demandes dans les meilleurs délais, tout en maintenant le respect des critères d'obtention prévus à la LSP, notamment être âgé d'au moins 18 ans, ne pas avoir d'antécédents criminels en lien avec l'activité de sécurité privée et avoir de bonnes mœurs.

« La Loi sur la sécurité privée autorise le BSP à délivrer des permis temporaires d'agent de sécurité en cas de pandémie. Afin de répondre aux besoins des agences de sécurité privée de gardiennage, le BSP a mis en ligne une procédure simplifiée et un formulaire de demande qui doit être envoyé et accompagné des documents requis par lien de téléchargement. Cette mesure permettra de traiter l'ensemble des demandes conformes reçues dans un délai raisonnable en réaction avec la situation de crise vécue au Québec», a précisé Claude Paul-Hus, directeur général du BSP.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.