Publicité
12 décembre 2018 - 15:10 | Mis à jour : 15:19

27 personnes sont visées pour un total possible de 30 chefs d’accusation.

Les agents de protection de la faune mettent fin à d'importantes activités de braconnage dans la région de Lanaudière

Par Salle des nouvelles

Les agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ont mis fin ce matin aux pratiques illégales d’un groupe d’individus qui sévissaient dans la région de Lanaudière dans les secteurs de Mandeville, de Saint-Gabriel-de-Brandon et de Saint-Cuthbert.

C’est à la suite d’un long et minutieux travail de surveillance et d’enquête que les agents ont pu réunir suffisamment de preuves pour mettre fin aux activités des individus concernés qui exploitaient un réseau de vente et d’achat de viande de cerf de Virginie.

Les infractions reprochées concernent principalement :

  • la chasse de nuit;
  • la chasse de gros gibier en temps prohibé;
  • la vente de gros gibier;
  • la possession illégale;
  • la fausse déclaration à l’enregistrement.

Opération Cerftitude

L’opération Cerftitude a mobilisé près de 70 agents assistés de l’escouade canine de la Protection de la faune du Québec. Ces agents de la protection de la faune de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de Lanaudière étaient accompagnés de leurs collègues de différentes régions du Québec afin d’assurer la réussite de ce démantèlement.

Actuellement, 27 personnes sont visées pour un total possible de 30 chefs d’accusation. S’ils sont reconnus coupables, les individus impliqués sont passibles d’amendes pouvant atteindre 45 000 $. 

Importance de la collaboration de la population

Les citoyens sont invités à poursuivre leur collaboration en signalant tout acte de braconnage ou geste allant à l’encontre de notre patrimoine faunique ou de ses habitats à SOS Braconnage, en composant le 1 800 463-2191 ou par Internet au mffp.gouv.qc.ca/faune/sos-braconnage/index.jsp. L’information demeure confidentielle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.