Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Débordements dans des salles d'urgence d'une majorité de régions du Québec

durée 12h00
27 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La baisse du taux d’occupation des salles d’urgence du Québec qui a pu être observée à partir du 19 décembre dernier a pris fin mardi.

Le site Index Santé a relevé que ce taux moyen avait progressé jusqu'à 95 % le 26 décembre, avant de bondir à 112 % mercredi matin, peu avant 6h00, ce qui était considéré très élevé. 

Parmi les 14 régions du Québec, huit affichaient mercredi un taux d’occupation supérieur à 100 %, dont certaines des plus populeuses.

À Montréal, le taux d’occupation moyen était de 118 %; 15 des 21 centres hospitaliers munis d’une salle d’urgence affichaient une occupation supérieure à 100 %. Elle était de 172 % à l’Hôpital général juif, de 160 % à l’Hôpital LaSalle et de 150 % à l’Hôpital de Verdun.

Parmi les 14 régions, le taux moyen le plus élevé était de 148 % dans les Laurentides, où chacune des six urgences débordait. Le taux était de 138 % dans Lanaudière, de 133 % à Laval, de 129 % en Montérégie, de 124 % en Abitibi-Témiscamingue, de 117 % en Outaouais et de 112 % dans la région Mauricie/Centre-du-Québec.  

À Québec et dans Chaudière-Appalaches, le taux d’occupation moyen oscillait entre 92 % et 96 %. Il était de 96 % en Estrie et de 80 % sur la Côte-Nord.

La seule région qui affichait un taux considéré normal était celle de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, à 66 %.

Mardi, la durée moyenne de séjour des personnes dans la salle d'attente était d’un peu plus de quatre heures et demie, mais la durée moyenne d’attente sur une civière était de 15 heures et 40 minutes.

Mercredi matin, peu avant le lever du jour, il y avait 3380 personnes dans les salles d’urgence du Québec.

La semaine dernière, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a demandé l'aide de la population pour soulager les urgences du Québec lors de la période des Fêtes. Il a signalé qu'il existait une grande proportion de personnes qui consultent à l'urgence sans avoir de problème urgent.

Le ministre a invité ces personnes à utiliser pendant les Fêtes d'autres options disponibles, dont les cliniques de médecine familiale ou d'infirmières praticiennes spécialisées et les pharmacies qui peuvent fournir des conseils professionnels. Il a rappelé que le service téléphonique 811 permet de parler à une infirmière et, parfois, d'obtenir un rendez-vous.

Pour sa part, le président de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec, le Dr Gilbert Boucher, a déploré que trop de Québécois qui se présentaient dans les urgences sans avoir profité de soins de base.

Face à la circulation en forte hausse des virus de la COVID-19 et de l'influenza, le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, a invité les gens à se faire vacciner pour freiner la propagation et éviter les complications.

Jean-Philippe Denoncourt, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Le gouvernement fédéral ne veut pas préciser si les entreprises d’intelligence artificielle devraient payer les médias d'information canadiens pour le contenu que leurs robots utilisent ouvertement. Le gouvernement libéral a fait adopter il y a un an la Loi sur les nouvelles en ligne, qui oblige les «géants du web» à négocier des accords avec les ...

Un nouvel outil en santé mentale est lancé pour la dépression post-partum

Un outil pour appuyer les nouveaux parents lorsqu'ils rencontrent des défis émotionnels durant la grossesse et après a été lancé lundi matin. Le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, en a fait l'annonce au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. Selon l'Observatoire pour l'éducation et la santé des enfants, les ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...