Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé Canada

Canada: avertissements sur les cigarettes individuelles à compter de mardi

durée 12h00
31 juillet 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Un nouvel ensemble de règlements de Santé Canada qui exigent des étiquettes d'avertissement sur les cigarettes individuelles devrait entrer en vigueur mardi.

Cette décision, annoncée plus tôt cette année, fait du Canada le premier pays au monde à appliquer de telles mesures visant à convaincre les fumeurs à renoncer à cette habitude et à dissuader les fumeurs potentiels de commencer à fumer.

Le libellé sur chaque cigarette, écrit en français et anglais sur le papier autour du filtre, inclut des avertissements comme le fait de nuire aux enfants, d'endommager les organes, l'impuissance et la leucémie. «Du poison dans chaque bouffée», signale l'un d'eux.

Rob Cunningham, analyste principal des politiques à la Société canadienne du cancer, prédit que les étiquettes dissuaderont les adolescents enclins à prendre cette habitude et pousseront les adultes dépendants à la nicotine à combattre le tabagisme.

"Pour les jeunes qui expérimentent en prenant une cigarette d’un ami, cela signifie qu'ils verront les avertissements sur les cigarettes, même s'ils ne voient pas l'emballage. Souvent, ce sont les enfants qui exhortent leurs parents à arrêter de fumer, et cela fournira de nouvelles informations et de nouveaux messages", selon M. Cunningham.

«Des dizaines d'études réalisées au Canada et ailleurs montrent l'efficacité de l'impression d'avertissements sur chaque cigarette», a-t-il ajouté.

Le tabagisme continue d'être l'un des problèmes de santé publique les plus importants au Canada et constitue la principale cause évitable de maladies et de décès prématurés au pays, selon ce qu’a écrit dans un communiqué daté du 31 mai dernier le ministre de la Santé de l'époque, Jean-Yves Duclos, lorsqu’il a annoncé les nouvelles mises en garde.

La publicité, la promotion et le parrainage du tabac sont interdits au Canada et les mises en garde sur les paquets de cigarettes existent depuis 1972. En 2001, le Canada est devenu le premier pays à obliger les compagnies de tabac à imprimer des mises en garde illustrées à l'extérieur des paquets de cigarettes et à inclure des encarts contenant des messages de promotion de la santé.

Plus de 130 pays ont emboîté le pas, selon la Société canadienne du cancer.

Cependant, ce ne sont pas tous les fumeurs qui voient d'un bon œil les avertissements croissants.

«Je ne pense pas que cela changera grand-chose. Beaucoup de gens vont continuer à fumer'', selon Giovany Lincourt. "Quand je vois une photo d'un poumon noir, ça me frappe, mais je continue quand même parce que c'est une habitude."

Le Montréalais de 40 ans, qui a goûté sa première cigarette à l’âge de 16 ans, a déclaré que des taxes encore plus élevées seraient plus dissuasives. Un paquet de 25 cigarettes coûte généralement entre 11 $ et 16 $, selon la marque et la province. "Ça fait mal au portefeuille, car ça coûte 400 $, 500 $ par mois".

Les organisations financées par les compagnies de tabac se sont opposées à la poussée vers des messages plus forts, y compris la dernière étape.

La Coalition nationale contre le tabac de contrebande a averti en juin que les emballages du marché noir moins chers et colorés, sans avertissements sanitaires _ les règles fédérales interdisent les emballages qui incluent des couleurs ou des marques de commerce _ attirent les jeunes fumeurs et acheminent plus d'argent vers le crime organisé.

Une grande partie du financement de la coalition provient du Conseil canadien des fabricants de tabac, composé de trois des plus grandes compagnies de cigarettes actives au Canada: Rothmans, Benson & Hedges Inc., Imperial Tobacco Canada et JTI-Macdonald Corp.

Alors que de fortes hausses d'impôts ou des interdictions pures et simples de vente profiteraient en effet au marché noir, des augmentations progressives des prix et des messages plus stridents peuvent faire baisser les taux de tabagisme, selon Rob Cunningham.

"La seule vraie raison pour laquelle ils peuvent s'opposer à quelque chose, c'est parce que cela va entraîner une réduction des ventes _ et c'est exactement le but", a-t-il déclaré à propos des fabricants.

Les cigarettes de taille king size seront les premières à afficher les avertissements et seront vendues en magasin d'ici la fin juillet 2024, suivies des cigarettes de taille normale et des petits cigares avec papier à bout et tubes d'ici la fin avril 2025, a précisé Santé Canada. Les mentions «la fumée de tabac nuit aux enfants» et «la cigarette cause le cancer» figureront parmi les six premiers messages.

Une deuxième série de six devrait être imprimée sur les cigarettes en 2026. 

Christopher Reynolds, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Le gouvernement fédéral ne veut pas préciser si les entreprises d’intelligence artificielle devraient payer les médias d'information canadiens pour le contenu que leurs robots utilisent ouvertement. Le gouvernement libéral a fait adopter il y a un an la Loi sur les nouvelles en ligne, qui oblige les «géants du web» à négocier des accords avec les ...

Un nouvel outil en santé mentale est lancé pour la dépression post-partum

Un outil pour appuyer les nouveaux parents lorsqu'ils rencontrent des défis émotionnels durant la grossesse et après a été lancé lundi matin. Le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, en a fait l'annonce au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. Selon l'Observatoire pour l'éducation et la santé des enfants, les ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...