Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Appel à la vigilance

Des premiers cas du virus de l’influenza aviaire ont été signalés

durée 11h00
15 avril 2022
Charlotte Lemieux
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Charlotte Lemieux, Journaliste

Récemment, de nombreux cas d’influenza aviaire hautement pathogène ont été signalés dans plusieurs provinces canadiennes.

La surveillance du virus de l’influenza aviaire chez les oiseaux sauvages et d'élevages est nécessaire pour détecter rapidement la présence du virus au Québec qui pourrait entraîner des conséquences pour la santé de la volaille ou la santé humaine.

La vigilance et la collaboration des citoyen.ne.s sont souhaitables afin d’optimiser cette surveillance. Pour ce faire, signalez la présence d’oiseaux morts ou moribonds sur le territoire de la municipalité en composant le 1 877 346‑6763. 

Ne manipulez pas l’oiseau en attendant les directives. Vous obtiendrez par téléphone les instructions pour la collecte sécuritaire de l’oiseau, qui devra être amené dans un lieu où il pourra être collecté par un agent de la faune du gouvernement.
 

Avisez votre entourage de ne pas approcher ou toucher les oiseaux sauvages

Si vous êtes propriétaire d’une basse-cour ou d’un petit élevage d’oiseaux, vous devez savoir que vos oiseaux sont à risque de contracter le virus de l’influenza aviaire, causant la grippe aviaire.

Le virus a été détecté dans plusieurs provinces canadiennes et il se propage rapidement. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) tient à vous rappeler les mesures de prévention et de surveillance pour protéger vos oiseaux.

Prenez connaissance de l’Avis de vigilance. Vous êtes invités à afficher  l’Avis dans vos installations.

Affichez également une fiche aide-mémoire, comme rappel des règles de base pour protéger votre élevage contre la grippe aviaire.
 

N’attendez pas avant de déclarer des signes de maladie à votre vétérinaire  

La prévention et la détection rapide de la grippe aviaire sont essentielles pour éviter sa propagation.

Le MAPAQ appelle à la vigilance des propriétaires de volailles. Ils doivent surveiller les signes de grippe aviaire chez leurs oiseaux : un manque d'énergie et d'appétit, une diminution de la production d'œufs et la ponte de nombreux œufs à coquille molle ou sans coquille, une enflure de la tête, des paupières, de la crête, des caroncules et des jarrets, une toux, des éternuements, des signes nerveux, une diarrhée, un manque de coordination ou une mort subite.

Si vous n’avez pas de médecin vétérinaire, vous pouvez consulter le site Internet de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec ou celui de l’Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles, ou encore consulter le document suivant : Soutien vétérinaire aux petits élevages d'oiseaux (gouv.qc.ca)

Vous êtes aussi invités à collaborer en relayant les publications à cet effet sur les réseaux sociaux.

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages intérêts et en dommages punitifs au CISSS de Lanaudière, à la docteure Jasmine Thanh et à l’infirmière Paule Rocray pour l’ensemble des gestes posés qui ont mené au décès de la mère de famille de 37 ans. Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020 à l’hôpital de Joliette ...

29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...