Publicité

19 avril 2021 - 17:00

Saint-Charles-Borromée

C'est la Semaine nationale du don d’organes et de tissus

Par Salle des nouvelles

La Ville de Saint-Charles-Borromée a hissé le drapeau à l’effigie du ruban vert à l’hôtel de ville, afin de souligner la Semaine nationale du don d’organes et de tissus qui se tient du 18 au 24 avril.

Ce geste symbolique a pour objectif de sensibiliser les citoyens au don d’organes et de tissus, à l’importance d’en parler avec leurs proches ainsi qu’à signer l’autocollant de consentement au verso de la carte d’assurance maladie.

Afin de marquer son appui à la cause, le conseil municipal proclame cette semaine thématique à son calendrier d’avril.

« Chaque année, c’est plus de 800 personnes au Québec qui attendent un don d’organes, dont peut-être des Charloises et des Charloises. En signant notre carte, nous pouvons un jour sauver l’une de ces vies. C’est important d’en parler. C’est l’une des raisons pour laquelle nous posons un geste concret : pour ouvrir la discussion auprès de nos citoyens », a affirmé le maire, Robert Bibeau.

La Ville encourage le mouvement en s’associant à Transplant Québec, mais également en passant le mot : « Ne gardez pas tout ça en dedans. Dites-le. ». Cette thématique constitue le cœur de la campagne de communication 2021 de Transplant Québec.

Cette semaine, les Charloises et les Charlois sont invités à prendre conscience de l’importance du don d’organes et de tissus et à donner leur consentement, soit :
- en signant le formulaire de la Régie de l’assurance-maladie du Québec;
- en signant l’autocollant à apposer à l’endos de leur carte d’assurance maladie;
- en faisant inscrire leur consentement au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Chambre des notaires du Québec.

Pour en savoir plus à ce sujet ou pour signifier votre consentement, visitez transplantquebec.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.