Publicité

11 octobre 2020 - 06:00

Québec et Canada

Le taux de chômage continue de baisser

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

En septembre, le taux de chômage était en baisse au Québec et au Canada, s''établissant respectivement à 7,4% et à 9% dans la province et au pays, selon les plus récentes données de Statistique Canada publiées aujourd'hui.

L’emploi a progressé en septembre au Québec (+77 000) et au Canada (+378 000).

Le taux de chômage a diminué au pays pour un quatrième mois consécutif, en baisse de 1,2 point de pourcentage. Pour le Québec, c'est une cinquième baisse mensuelle consécutive.

À la suite de la crise économique liée à la COVID-19, le taux de chômage a plus que doublé, passant de 5,6 % en février à un sommet inégalé de 13,7 % en mai. À titre de comparaison, pendant la récession de 2008-2009, le taux de chômage est passé de 6,2 % en octobre 2008 à un sommet de 8,7 % en juin 2009. Il a alors fallu environ neuf ans pour qu'il revienne à son niveau d'avant la récession.

En septembre, 1,8 million de Canadiens étaient au chômage, ce qui représente un recul de 214 000 (-10,5 %) par rapport à août et qui poursuit la tendance à la baisse observée au cours des quatre derniers mois depuis le sommet inégalé de 2,6 millions de chômeurs enregistré en mai.

La majeure partie des chômeurs (environ 1,5 million) étaient à la recherche d'un emploi, tandis que 363 000 Canadiens étaient soit des personnes mises à pied temporairement qui s'attendaient à retourner à leur ancien emploi au cours des six prochains mois, soit des personnes ayant une entente confirmant qu'elles commenceraient un nouvel emploi au cours des quatre prochaines semaines.

Bref, l'emploi a augmenté dans toutes les provinces en septembre, sauf au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard. De plus, les hausses les plus marquées ont été enregistrées en Ontario et au Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.