Publicité

5 octobre 2020 - 10:00

Décès de Joyce Echaquan

Le Conseil des Atikamekw de Manawan satisfait de la tenue d'une enquête publique

Par Salle des nouvelles

Le Conseil des Atikamekw de Manawan et la famille de Joyce Echaquan ont pris acte et saluent la requête de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, demandant au coroner en chef du Québec d'ordonner une enquête publique concernant le décès de Joyce Echaquan.

L'enquête publique est nécessaire afin de faire toute la lumière sur les causes probables et les circonstances du décès de tragique de Joyce Echaquan survenu à l'hôpital de Joliette le 28 septembre dernier.

Déjà une année s’est écoulée depuis le dépôt du rapport de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec. Malheureusement, rien n’a changé depuis. Pourtant, de nombreux témoignages entendus lors des audiences publiques provenaient d’Atikamekw de Manawan et parlaient de situations de maltraitance, de mépris et de racisme à l’Hôpital de Joliette.

Le cas de Joyce Echaquan: la pointe de l'iceberg ?

« Chaque jour au Québec et au Canada, des enfants, des femmes et des hommes autochtones sont victimes de mépris et de racisme dans le système de santé. Le cas de Joyce Echaquan à l’Hôpital de Joliette n’est certainement pas unique, c’est plutôt la pointe de l’iceberg. L’enquête publique doit nécessairement apporter des réponses qui permettront d’amorcer un changement dans la prestation des soins de santé envers les autochtones », a déclaré Paul-Émile Ottawa, Chef du Conseil des Atikamekw de Manawan.

Pour le Conseil et la famille, il est important qu’une telle enquête ait lieu publiquement pour la recherche de la vérité. Le Conseil des Atikamekw de Manawan entend y participer activement.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.