Publicité

20 octobre 2020 - 13:59

Pour alléger le réseau de la santé déjà fragile

Québec s’engage à investir pour assurer la diminution de la charge de travail des infirmières

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Alors que le Québec compose actuellement avec la 2e vague de COVID-19 qui touche près de 1000 personnes par jour, le gouvernement s’est engagé a faire plus pour les infirmières. Lors de son point de presse du jour, en ce mardi 20 octobre, le premier ministre François Legault a dit vouloir faire tout ce qui est en son pouvoir pour réduire la charge de travail des infirmières. 

« Depuis le début de la crise, tous nos efforts sont concentrés pour réduire l’impact de la maladie sur le réseau de la santé. Je m’engage donc aujourd’hui, devant vous, à faire tout mon possible pour diminuer au maximum la charge de travail des infirmières. Par contre, on ne peut pas augmenter les salaires plus que l’inflation, car il faut respecter les capacités de payer des contribuables », a-t-il lancé pendant l’exercice de presse qui a démarré peu après 13h. 

Pour soutenir cet argument, il a exposé que le déficit actuel du Québec sera d’environ 15 milliards de dollars au prochain budget. « Ça nous prendra environ cinq ans avant de pouvoir retrouver un équilibre budgétaire », a-t-il imagé avant d’insister sur le fait qu’il ne souhaite pas grimper les taxes et impôts des citoyens. 

Moins de 1000 positifs 

Comme à son habitude, il a dressé le bilan quotidien des cas, soit 877 positifs enregistrés dans les dernières 24 heures. De ce nombre, cinq décès sont répertoriés, auxquels on ajoute sept décès supplémentaires survenus entre le 13 et le 18 octobre. Au total, la COVID-19 a fait 6055 victimes en sol québécois. 

Dans la seule journée d’hier, on dénombrait 565 personnes hospitalisées dont 100 prenaient place aux soins intensifs. Les prélèvements effectués ce 18 octobre se chiffraient à 16 291.  

M. Legault a rappelé aux Québécois de poursuivre leurs efforts, car le réseau de la santé est à bout de souffle. « Nous sommes conscients que c’est difficile pour plusieurs qui ne peuvent pas aller à l’école (cégep et université) ou pratiquer leur sport favori, mais je vous demande de collaborer. Si vous connaissez une personne seule, allez la voir pour lui changer les idées. Les visites sont permises. Pour les gyms, les restos, les sports-études et les écoles, sachez qu’on travaille activement sur des solutions pour que ces secteurs reprennent leurs activités. Dès que ce sera possible, nous ferons des annonces en ce sens », a-t-il précisé. 

Plus de gens affectés au traçage 

Aussi présent au point de presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé a confirmé l’embauche de plusieurs ressources affectées au traçage. « Par rapport à la semaine dernière, on parle du double de personnes qui ont été embauchées pour atteindre 1600. C’est une bonne nouvelle. À ce jour, l’application COVID a aussi été téléchargée par 1 million de citoyens, ce qui est aussi une bonne chose. C’est un outil de plus. Nous avons un devoir envers les citoyens, mais eux aussi ont un devoir, soit de se faire tester au besoin, de répondre aux appels de la Santé publique et de suivre les règles en vigueur. C’est de cette façon qu’on s’en sortira », a-t-il conclu. 

Soulignons en terminant que partout au Québec, près de 40 CHSLD ou résidences pour aînés ont au moins un cas de COVID entre leurs murs. Une liste exhaustive des établissements sous surveillance sera rendue publique dans les prochaines heures. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.