Publicité

1 octobre 2020 - 18:00

Pandémie, racisme et avenir du Parti libéral

Une entrevue vidéo avec la cheffe de l'opposition officielle, Dominique Anglade

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Voir la galerie de photos

La cheffe de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale du Québec, Dominique Anglade, vient d'accorder une entrevue vidéo au réseau Néomédia pour discuter de quelques enjeux de l'actualité politique québécoise, donc bien sûr, la pandémie de la COVID-19.

Une crise qui met à l'avant-plan depuis des mois les ténors du gouvernement de la CAQ, avec en tête le premier ministre François Legault, qui ne rencontre les chefs des oppositions officielles que pour la forme, sans chercher à obtenir une collaboration véritable des autres partis pour mettre l'épaule à la roue dans la gestion des défis à relever en ces temps incertains, souligne-t-elle.

On parle également dans cet entretien de son accession à la tête du Parti libéral du Québec, le 11 mai dernier, qui est passé sous le radar, alors que la planète se trouvait au plus fort de la tempête épidémiologique. Un parti qu'elle doit relever de la cinglante défaite électorale d'il y a deux ans.

Une entrevue qui s'est tenue aussi quelque jours à peine après la mort, dans des circonstances troublantes et captées sur vidéo, de Joyce Echaquan, une autochtone de Manawan, mère de sept enfants, décédée au Centre hospitalier de Lanaudière alors qu'elle subissait des propos racistes de membres du personnel de l'établissement.

« Le Québec est-il raciste? », a-t-on demandé à Mme Anglade. Écoutez sa réponse dans l'entrevue vidéo accordée au réseau Néomédia.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.