Publicité

4 août 2020 - 14:43

COVID-19

La Santé publique du Canada en faveur du port du masque pour les jeunes de plus de 10 ans

Par Salle des nouvelles

L'administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada Theresa Tam était en conférence de presse ce mardi 4 août à Ottawa. Cette tribune a été l'occasion de revenir plusieurs interrogations liées à la COVID-19, notamment celles du vaccin et du port du masque pour les enfants.

Pour Theresa Tam, le vaccin n'est pas à considérer comme la panacée, malgré le fait qu'il constitue « un aspect très important de la réponse » à la pandémie.

Il est toujours impossible de savoir précisément le taux d’efficacité qu’aurait un futur vaccin, ainsi que la manière dont il sera distribué. À ce stade d'évolution de la COVID-19, la docteure ne souhaite pas canaliser toute l'attention et la concentration dans « l'espoir que ce soit une solution miracle ».

Vers le port du masque pour les plus de 10 ans ?

Côté port du masque, la santé publique canadienne s'est montrée en faveur pour les jeunes de plus de 10 ans, à quelques semaines de la rentrée. Des directives claires vont émaner du gouvernement fédéral à ce sujet, dans les prochains jours.

Le Dr Howard Njoo, sous-administrateur de la santé publique, a précisé: « Ce n’est pas un enjeu de savoir s’ils sont capables ou non. On veut savoir si ça peut diminuer la transmission».

Au Québec, pour le moment, aucune directive sur le port du masque n'a été donnée chez les élèves, tant au primaire qu’au secondaire. Le plan de retour à l’école sera actualisé la semaine prochaine. Horacio Arruda a toutefois indiqué hier que la question sera « réévaluée ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.