Publicité

26 mai 2020 - 11:47 | Mis à jour : 12:37

Dans l'éventualité d'une deuxième vague

Équipement de protection face à la COVID-19: le Canada accélère la cadence de production

Par Inès Lombardo, Journaliste

Ce mardi 26 mai, Justin Trudeau a annoncé avoir signé plusieurs contrats, dont un avec General Motors®, pour que les équipements soient livrés à temps en cas de seconde vague.

Depuis dix semaines, plus de 40 avions ont livré des équipements au Canada. « Cela représente des centaines de milliers d'articles », a indiqué le premier ministre, tels que des masques, des jaquettes d'hôpital ou des gants.

Mais le gouvernement Trudeau investit surtout dans la capacité de production canadienne, comme il a voulu le rappeler ce matin: un contrat a été signé tout récemment avec General Motors® pour produire 10 millions de masques pour les Canadiens. Les premiers lots devraient être livrés au cours des prochaines semaines.

Le défi de la deuxième vague, étroitement lié à la relance graduelle de l'économie que vit actuellement le Canada, a forcé Justin Trudeau à accélérer la cadence de la capacité de production. Il a assuré :

« Les produits de contrefaçons ne correspondent pas aux normes canadiennes. Nous voudrions avoir tout l'équipement nécessaire en main le plus rapidement possible. »

 

Le dépistage s'intensifie, l'aide aux jeunes aussi

D'autres contrats ont été scellés à travers le pays, entre les entreprises et les centres de recherche qui travaillent sur la production de tests. L'un d'eux aboutirait à 10 000 tests.

Par ailleurs, Justin Trudeau a annoncé financer jusqu'à 700 emplois des jeunes dans l’agriculture cet été, afin d'aider ce secteur en manque de bras. En parallèle, cela permettrait aux jeunes de trouver davantage de jobs.

Cas de COVID-19 confirmés au Canada

Ce mardi 26 mai, le pays recense 85 998 cas, déplore 6 637 morts et compte 44 911 rétablis.

À lire également:

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.