Publicité
24 septembre 2019 - 09:00

Élections fédérales 2019

Le Bloc veut ramener un programme de rénovations vertes

Par Salle des nouvelles

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Monique Pauzé, députée sortante de
Repentigny, ont annoncé que le parti souhaite ressusciter le programme ÉcoÉNERGIE pour la rénovation résidentielle, en y ajoutant un volet pour les bâtiments commerciaux.

« C’est un programme populaire qui a permis à des centaines de milliers de ménages de rénover à moindre coût, puis d’épargner sur leurs factures d’énergie. Le Bloc Québécois va faire pression pour le retour d’ÉcoÉNERGIE, qui profite autant aux familles qu’à la lutte aux changements climatiques », a déclaré Yves-François Blanchet.

Le programme était conçu pour aider les propriétaires à rénover de manière à réduire leur consommation énergétique. Le remplacement de portes, fenêtres, systèmes de chauffage et de climatisation, l’isolation ainsi que les équipements d’eau chaude et de conservations de l’eau étaient couverts. Pour profiter de ce programme, les propriétaires devaient faire évaluer leurs projets par un conseiller en efficacité énergétique accrédité avant et après les travaux.

Le parti estime le coût du programme d'ÉcoÉnergie à 400 millions $ annuels

Le Bloc Québécois souhaite le retour du programme avec les mêmes conditions d’admissibilité, mais en ajoutant un volet pour les bâtiments commerciaux. Le parti estime à 400 millions $ annuellement sa version améliorée d’ÉcoÉNERGIE. Les propriétaires auraient droit à :

  • Un maximum de 5 000 $ pour améliorer l’efficacité énergétique de leur maison ;
  • Un maximum de 5 000 $ par logement pour les immeubles à logements multiples ;
  • Des incitatifs fiscaux pour l’installation d’un système de chauffage propre pour les bâtiments commerciaux et industriels afin de sortir du mazout ;
  • Dans le secteur agricole, 15 000 $ pour la géothermie.

« Ce programme est une autre démonstration d’à quel point la lutte aux changements climatiques, c’est payant pour les Québécoises et les Québécois. C’est à la fois une manière de réduire nos émissions de gaz à effet de serre et nos factures mensuelles. C’est populaire et ça a fait ses preuves. Pourquoi alors s’en passer ? », a conclu Monique Pauzé, députée sortante de Repentigny.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.