Publicité

15 juillet 2020 - 11:19

Après une cavale de six mois

Proxénétisme : le suspect Simon Castonguay arrêté en Colombie-Britannique

Par Salle des nouvelles

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de Trois-Rivières en collaboration avec l’équipe de répression des délinquants prolifiques alias Prolific offender suppression team (POST) de la GRC de Burnaby, ont procédé à l’arrestation de Simon Castonguay en Colombie- Britannique, en cavale depuis six mois.

Simon Castonguay avait brisé ses conditions de remise en liberté en entrant en contact avec des mineurs à Repentigny. En cavale depuis six plus, il a fini par être arrêté a été arrêté le 10 juillet dernier par l’équipe POST de la GRC de Burnaby, en vertu d’un mandat d’arrestation pancanadien.

Cet individu avait été accusé, le 2 juillet 2019, entre autres, d’avoir amené une personne de moins 18 ans et une personne de plus de 18 ans à offrir ou rendre des services sexuels moyennant rétribution, principalement entre les mois de janvier 2018 et de mars 2019. Le 29 décembre dernier, il avait quitté son lieu de résidence prescrit par la Cour.

Il a été conduit au centre de détention de Trois-Rivières ou une comparution vidéo est prévue ce matin pour la suite des procédures.

» Toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.