Publicité

19 août 2021 - 13:00

Singalisaiton routière

Signalétik s'installe dans Lanaudière

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Signalétik, une division du Groupe Maskimo, établi en Mauricie depuis plus de 60 ans, ouvre une nouvelle place d’affaires dans Lanaudière pour accélérer le développement de ses activités en signalisation routière. L’entreprise a ainsi emménagé dans ses nouveaux locaux à Lavaltrie en juin dernier.

Souhaitant contribuer au développement économique de la région, Signalétik, compte embaucher au moins 20 nouvelles ressources pour la saison actuelle de travaux et doubler ses effectifs lors de la prochaine saison de travaux d’infrastructure en 2022.

« La main-d’œuvre est une dimension essentielle pour le développement de nos activités, ainsi que pour le succès de notre entreprise et celui de cette ville. Chez Signalétik, nos employés sont au cœur de nos opérations et nous sommes très heureux de nous implanter ici, à Lavaltrie pour y poursuivre notre croissance », déclare Sylvain Bellemare, directeur général de Signalétik.

L’entreprise, en pleine période de recrutement, a tenu une journée d’embauche lors de son inauguration ce mardi avec des entrevues sur place. « Des postes de signaleurs routiers, de monteurs de chantiers et de dessinateurs en signalisation sont offerts avec des conditions très intéressantes. On le sait, notre objectif est ambitieux, mais nous souhaitons faire l’embauche de plus de 20 candidats », ajoute Marilyn Marchand, Coordonnatrice et Gestion des ressources humaines et conformité du Groupe Maskimo

Signalétik offre un service complet de signalisation routière, de la fermeture des routes à la sécurisation des chantiers, afin d’assurer la gestion de la sécurité sur les chantiers routiers de grandes comme de petites envergures.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.