Publicité

17 juin 2021 - 06:00

Une offre touristique à développer

Portrait du tourisme de villégiature dans Lanaudière

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Tourisme Lanaudière a récemment dévoilé les résultats d’une étude menée à l’hiver 2021 qui avait comme objectif de cerner les enjeux propres aux propriétaires de chalets locatifs ainsi qu’aux municipalités qui doivent assurer une cohabitation harmonieuse entre la clientèle touristique, la population locale et les villégiateurs. À l’issue de cette étude réalisée par Benoit Rivest, services-conseils, des recommandations sont émises afin de mieux supporter ce volet dans la région.

Entre 2015 et 2020, le nombre de permis de résidences de tourisme est passé de 226 à 698 dans Lanaudière, une croissance globale de 208 %. Plusieurs « prêt-à-camper » et/ou hébergements d’expérience, prisés par la clientèle, sont aussi apparus. En février 2020, Lanaudière comptait ainsi 885 résidences de tourisme sur son territoire, surtout situées dans le Piémont, en zone montagneuse ou près des lacs.

Ce phénomène touche principalement le territoire de la Matawinie et le nord du territoire d’Autray. Les municipalités de Chertsey, Saint-Côme, Mandeville et Saint-Michel-des-Saints regroupent à elles seules plus de 40 % des chalets disponibles.

Il est important de mentionner que même si certaines entreprises regroupent jusqu’à 25 chalets à louer, la grande majorité des locateurs ne disposent que d’un ou deux chalets.

L’offre de location s’avère donc morcelée et administrée de façon variable, selon la vision de chaque promoteur. Tourisme Lanaudière souhaite alors s'en rapprocher afin de faciliter la concertation et la professionnalisation du secteur, qui constitue une part importante de l’économie touristique régionale. Il représente plus de 50 M$ en retombées économiques.

L’effet de la pandémie

Malgré une fermeture totale imposée au printemps 2020 en raison de la crise sanitaire, les résidences de tourisme lanaudoises ont connu un succès inespéré en 2020.

Bien que plusieurs chalets, trop gros pour recevoir des bulles familiales, aient dû fermer pour une période indéterminée, la demande pour ceux de format familial a explosée, faisant passer les taux d’occupation moyens annuels de 40 à 59 %.

Selon les constats de l'étude, cette croissance semble d’ailleurs se maintenir en 2021, mais deviendra un défi à mesure que les Québécois recommenceront à voyager à l’étranger. « Il faudra alors se tourner vers les voyageurs internationaux, une clientèle touristique qui s’attend à une offre plus structurée et intégrant des itinéraires et offres forfaitaires », mentionne l’organisme par communiqué.

Une offre plus accessible 

L’arrivée des plateformes de réservation de type Airbnb ou Chaletsalouer.com est venu faciliter la location de chalets au cours de la dernière décennie, au moment où la clientèle urbaine s’intéressait davantage à ce type d’hébergement.

Les régions de villégiature, notamment Lanaudière, les Laurentides, les Cantons de l’Est et la grande région de Québec ont ainsi suivi une courbe de croissance qui s’observe aussi ailleurs au Canada et dans le monde.

Pour Denis Brochu, directeur général de Tourisme Lanaudière, ce secteur mérite un meilleur encadrement, au bénéfice des entrepreneurs, des municipalités, des clientèles et des populations.

« Afin de s’adapter à l’évolution de ce secteur de l’hébergement touristique, notre industrie doit se questionner sur ses façons de faire. Pour y arriver, notre association veut mettre en place différentes actions et services afin de mieux supporter cette industrie, aider les nombreux propriétaires à se professionnaliser et aussi, à y voir un peu plus clair dans tous les mécanismes et règles entourant notre industrie. Par la concertation, le service aux entreprises et la connaissance stratégique, nous souhaitons contribuer à faire évoluer positivement le tourisme de villégiature sur notre territoire ».

Les recommandations

Le rapport déposé par le consultant présente neuf recommandations qui seront mises de l’avant graduellement.

Tourisme Lanaudière indique avoir entrepris des actions de concertation auprès des municipalités les plus concernées, et surtout auprès des propriétaires de chalets. Le tarif de membre de l’organisation a également été adapté à cette réalité, permettant maintenant à un propriétaire de chalet d’adhérer à l’ATR pour une somme de 85 $ par année.

« En regroupant ces nombreux entrepreneurs souvent isolés et en facilitant la concertation avec le milieu municipal, Tourisme Lanaudière souhaite contribuer au développement harmonieux de cette industrie et de mieux l’intégrer à l’offre touristique environnante », conclut-on.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.