Publicité

2 juin 2020 - 11:00

Difficultés financières

Reitmans mettra à pied 1 400 employés et abolira deux de ses marques

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le 19 mai, la société Reitmans Canada a demandé la protection en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créances des compagnies dans le but de revoir sa restructuration. Hier, l’entreprise a annoncé qu’elle abolira 1 400 postes, ainsi que ses marques Thyme Maternité et Addition Elle. À Joliette, il y a un Reitmans.

La porte-parole média, Martine Robert avait déclaré à la mi-mai que l’entreprise poursuivait ses activités sur ses sites Web de commerce électronique ainsi que dans tous ses magasins.

Un total de 1 100 employés seront licenciés dans les boutiques, tandis que 300 proviendront du siège social à Montréal. C'est 600 postes qui seront abolis au Québec. La fermeture des 77 magasins Addition Elle et les 54 magasins Thyme Maternité aura lieux cet été après avoir écoulé leurs marchandises. 

La société compte environ 6 800 employés et 576 magasins partout au pays, dont 259 Reitmans, 106 Penningtons, 80 RW & CO., 77 Addition Elle et 54 Thyme Maternité.

« L’impact de cette situation sur nos employés est, de loin, la partie la plus difficile et émotive de tout ce processus. Nous avons le cœur brisé de devoir dire au revoir à des collègues appréciés et nous sommes vraiment reconnaissants pour leur travail acharné et leurs nombreuses contributions à notre entreprise au fil des ans », a affirmé le président et chef de la direction de Reitmans, Stephen F. Reitman, par communiqué.

Les problèmes financiers avaient débuté bien avant la pandémie, mais cela n’a fait qu’accentuer la situation. La concurrence des ventes sur internet est l’une des principales causes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.