Publicité
9 février 2019 - 05:00

Avis aux commerçants : la SQ met en garde contre des fraudes de type hameçonnage téléphonique

Par Jessica Brisson, Journaliste

La Sûreté du Québec lance un appel de sensibilisation aux établissements commerciaux au sujet des fraudes de type « hameçonnage téléphonique » visant différentes bannières commerciales.

Comment le fraudeur procède-t-il?

  • Le suspect communique avec un employé d’une succursale;
  • Se fait passer pour un responsable du bureau-chef de la bannière commerciale;
  • L’informe de la présence de stratagème frauduleux en cours ou de difficultés techniques éprouvées par des clients en lien avec des cartes prépayées (I-Tunes et Google play);
  • Exige que l’employé lui divulgue les codes d’activation à l’endos de cartes prépayées aux fins de vérification.

La Sûreté du Québec réitère l’importance pour les employés de faire preuve de prudence et de vigilance vis-à-vis ce type de fraude visant à leur soutirer les codes d’activation de cartes prépayées, en vue de la prévenir.

En cas de réception d’un appel d’une personne présumée du bureau-chef :

  • Ne supposez jamais que le numéro de téléphone qui apparait sur l’afficheur est exact. Les fraudeurs ont recours à des techniques permettant de « falsifier les données de l’appelant » pour tromper leurs victimes;
  • Composez le numéro de téléphone officiel du bureau-chef afin de vérifier la validité de la demande qui vous est adressée;
  • Dans toutes vos communications (téléphoniques, courriels, textos), validez toujours au préalable l’identité de votre interlocuteur.

Vous êtes victime d’une telle fraude?

Signalez l’incident auprès du service de police qui dessert votre municipalité en contactant le service de police local, la Sûreté du Québec 310-4141  ou *4141 (cellulaire) ou encore le Centre antifraude du Canada pour signaler la fraude 1-888-495-8501

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.