Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 novembre 2013 - 17:00 | Mis à jour : 17:13

Anne Marcotte raconte son périple parsemé d'embûches

Par Louis-Antoine Lemire

Ayant grandi dans une famille à faible revenu qui préconisait le travail au détriment des études, Anne Marcotte a décidé qu’elle ne voulait pas adhérer à l’adage « née pour un petit pain » et a choisi de tracer son propre chemin.

« Nous sommes notre meilleur actif peu importe le milieu d’où on vient » a lancé la conférencière-invitée des Matinées Lanaudoises, la semaine dernière. Dès son jeune âge, elle était persuadée qu’elle allait accomplir quelque chose dans la vie. Celle qui jadis avait de la misère à payer ses comptes affirme que c’est possible de devenir entrepreneur sans argent, sans contact et sans diplôme, mais qu’avec du cœur au ventre et de la persévérance, il y a toujours moyen de faire sa place.

Cheminement

Après avoir travaillé en tant que secrétaire à 7 $/h, dans une entreprise qui battait de l’aile, elle a proposé au patron de racheter la compagnie. Son offre a été refusée. Par la suite, Mme Marcotte a travaillé chez un concurrent qui lui a montré la porte de sortie six mois après son embauche, même si elle était actionnaire de l’entreprise avec 15 % des parts. Une fois le choc encaissé, son instinct de survie a pris le dessus. Selon elle, l’être humain peut faire beaucoup de choses dans l’inconfort. Suivant les recommandations de ses amis, elle a décidé de fonder Marcotte Multimédia Inc à l’automne 1996 , une entreprise spécialisée dans la conception de site Internet. Comme elle travaillait avec un effectif réduit, l’entrepreneure avait la ferme intention de changer les choses. Elle a alors  réussi à se dénicher une place dans une mission commerciale du Québec en Chine, où plusieurs gens d’affaires influents y participaient, et ce, même si elle était une pure inconnue à leurs yeux. Elle a pu tisser des liens d’affaires et peu de temps après, son chiffre d’affaires a doublé. Pendant une décennie, elle a été la chef d’orchestre d’une prospère compagnie, qu’elle a cédée dans une importante transaction au milieu des années 2000.

Mission

Dorénavant, la femme d’affaires qui rêvait d’avoir une robe de princesse lorsqu'elle était jeune, tente d’inciter les gens à devenir entrepreneur. Elle affirme qu’il faut saisir chaque opportunité dans la vie et qu’il y a une importante distinction à faire entre une personne qui a du front tout le tour de la tête et une personne audacieuse. « Quelqu’un d’audacieux fera réfléchir son interlocuteur »,conclut-elle.

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.