Publicité

3 avril 2021 - 12:00

Sécurité urbaine

« Hey le voisin, c’est bon quand tu ralentis! » sensibilisation à la vitesse à Saint-Charles-Borromée

Par Salle des nouvelles

Avec la limite de 40 km/h dans les  quartiers, plus des deux tiers du territoire de la ville se trouvent en vitesse réduite  depuis un an. La Ville de Saint-Charles-Borromée annonce qu’elle entend poursuive cette sensibilisation sur son territoire au courant des prochaines semaines en  lançant la campagne « Hey le voisin, c’est bon quand tu ralentis! » avec le même  objectif en tête, soit apaiser les rues locales et les rendre plus sécuritaires pour  tous. 

Le conseil municipal et le comité de circulation de la Ville rappellent que cette grande campagne de trois phases échelonnées sur trois ans aura débuté avec le déploiement d’un projet pilote qui implantait d’abord une mesure d’atténuation de 40 km/h dans un secteur  précis comptant de nombreuses jeunes familles. Après le succès de cette modification,  cette limite s’est élargie à presque tous les secteurs résidentiels charlois. La limite de 50  km/h demeure toutefois maintenue pour certaines artères plus commerciales ou de transit,  entre autres comme la rue de la Visitation. 

« Jusqu’à maintenant, les résultats de cette grande campagne sont tout de même  concluants. Il n’en demeure pas moins que ce ne sont pas tous les automobilistes qui ont  adopté le nouveau réflexe de lever le pied, c’est pourquoi on continue de les sensibiliser.  La sécurité de nos citoyens est notre priorité et on travaille en ce sens. », affirme le maire,  M. Robert Bibeau. 

Cette campagne de sensibilisation en sécurité routière vise la poursuite de trois objectifs  distincts : 

  • Le respect des limites de vitesse dans les quartiers; 
  • La protection des usagers vulnérables, en visant plus spécifiquement le partage  de la route; 
  • La quiétude d’esprit est d’abord et avant tout une affaire de bon voisinage. 

Rappelons qu’au départ, cette mesure réfléchie était d’ailleurs en réponse à une demande  des citoyens qui aspiraient à des déplacements plus conviviaux pour les usagers qui sont  à pied ou sur roues, à vélo ou sur fauteuil motorisé.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.