Publicité

8 mars 2021 - 14:00

Patrice Trudel, chef d’Alliance Essor Joliette

Journée internationale des femmes : «Oui aux progrès réalisés non à la violence »

Par Salle des nouvelles

« La journée internationale des femmes est l’occasion de souligner les combats menés par les femmes et les progrès réalisés pour atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes » de rappeler Patrice Trudel, chef d’Alliance Essor Joliette.

Pour ce dernier, cette journée bien spéciale en est aussi une de réflexion sur la pauvreté et la violence faite aux femmes, notamment dans un contexte conjugal. « La violence conjugale fait partie des enjeux qui me préoccupent le plus » affirme ce dernier.

Il rappelle qu’en un mois seulement, cinq meurtres conjugaux sont survenus au Québec. « Comment ne pas être en colère face à tant de haine? Comment ne pas être triste pour les proches des victimes, en particulier pour les enfants? Ça peut arriver partout, même ici. »

Il ajoute que par le passé, il a été bien malgré lui témoin de violence faite à des femmes et des impacts dévastateurs sur leur santé et leur bien-être. « J'ai partagé leur souffrance et leur désarroi », d’avouer Patrice Trudel.

« Le 2 octobre 2017, j’ai appuyé la proposition qui proclamait Joliette, ville alliée contre la violence conjugale. Ce moment fut significatif pour moi » admet Patrice Trudel. Pour lui, Joliette comme les autres villes à un rôle à jouer pour lutter contre la violence conjugale. « Il n’y pas juste le gouvernement du Québec qui peut agir. Chaque ville peut agir en mettant en place des mesures pour lutter contre la violence conjugale. » 

« Que pourrions-nous faire pour aider les femmes et les enfants victimes de violence conjugale, ici chez nous » lance Patrice Trudel. Il croit qu’il serait pertinent d’organiser une table ronde avec les parties prenantes impliquées dans la lutte contre la violence conjugale pour mieux cerner cette problématique dans le Grand Joliette. Il ajoute aussi que certaines villes québécoises accordent un congé de taxes à l’organisme local qui hébergent les femmes victimes de violence. Une autre solution pourrait être une aide financière versé à un organisme pour la réalisation d’un projet visant à lutter contre la violence conjugale. « Ce sont toutes des options qui méritent d’être analysées » de souligner le chef d’Alliance Essor Joliette.

Pour Patrice Trudel, c’est une responsabilité collective de prévenir, de lutter et de contrer la violence conjugale. En ce sens, Alliance Essor Joliette sera présent pour apporter des solutions.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.