Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 novembre 2017 - 15:15

Le Cégep à Joliette innove en matière de pédagogie collégiale

Par Salle des nouvelles

C’est en présence de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, ainsi que de la députée de Joliette, Véronique Hivon, que le Cégep à Joliette inaugurait aujourd’hui sa toute nouvelle unité-hôpital en soins infirmiers, un projet novateur qui n’a pas d’égal ailleurs au Québec.

Le Cégep à Joliette, à la fine pointe de la technologie en matière de pédagogie collégiale, offre à sa population étudiante un environnement d’apprentissage actif qui reproduit en tous points son futur milieu de travail, l’hôpital. L’apprenant est au centre de son apprentissage, dans un milieu hautement réaliste. Les nouvelles stratégies pédagogiques ainsi mises en place contribuent à l’acquisition en profondeur de connaissances, ce qui facilite par la suite le transfert des connaissances sur le marché du travail.

« Nous sommes fiers d’offrir à nos cohortes étudiantes un environnement qu’on pourrait qualifier « d’immersif ». Chaque matin, l’apprenti prépare lui-même son plateau de matériel hospitalier en se servant directement dans le système de stockage modulaire, le Logi-D selon l’appellation d’usage dans les hôpitaux. En journée, les infirmières et infirmiers en formation peuvent simuler tous les aspects inhérents à l’exercice quotidien de la profession, ce qui contribue à mieux les préparer à leur environnement de stage, puis au marché du travail. C’est un avantage indéniable pour eux, mais aussi pour le milieu hospitalier qui les accueillera », explique Hélène Bailleu, directrice du Cégep à Joliette.

Audrey Héroux, coordonnatrice du programme de soins infirmiers, ajoute qu’en matière de pédagogie, le fait d’avoir des classes adaptées au principe de progression des apprentissages distingue le Cégep à Joliette des autres collèges. Les salles de classe dédiées aux étudiantes et étudiants de première session sont munies d’équipements favorisant l’acquisition des compétences de base : hygiène, signes vitaux, succion des sécrétions, lavage des mains, etc. Pour leur part, les salles réservées à celles et ceux qui sont plus avancés dans le programme permettent d’utiliser des méthodes de soins plus invasives, comme l’intraveinothérapie, ou encore de développer des techniques adaptées à des bénéficiaires qui ont des besoins particuliers, telles les femmes enceintes ou les personnes âgées.

Une équipe fière et engagée

La cérémonie d’inauguration officielle de l’unité-hôpital en soins infirmiers a suscité un vif intérêt au sein de la communauté collégiale. Corps professoral et population étudiante ont participé activement aux simulations d’interventions pédagogiques.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, s’est d’ailleurs dite impressionnée, tout au long de sa visite, par la qualité des interventions pédagogiques rendues possibles grâce aux nouvelles installations à la fine pointe de la technologie. « Ce projet concorde directement avec la vision que nous avons pour notre réseau d’enseignement supérieur : se doter de programmes et d’infrastructures qui préparent le plus adéquatement possible nos étudiants et nos étudiantes pour le marché du travail. Nous sommes fiers, au Gouvernement du Québec, d’avoir pu contribuer à la mise sur pied de cette unité-hôpital », conclut-elle.

Le Cégep tient d’ailleurs à remercier Nancy Larocque et Marie-Ève Beaulieu, techniciennes en soins infirmiers, qui se sont prêtées au jeu en intervenant à partir du poste de soins. Des remerciements sont également adressés à Mélanie Mainville et Kim Alexandre, enseignantes, qui ont réalisé les simulations à partir des salles de pilotage ainsi que les séances de débreffage post-intervention.

Pour sa part, madame Mainville tient à saluer la collaboration de Guylaine Riendeau, étudiante de 5e session, qui a simulé une situation chirurgicale au cours de laquelle une intervention a été nécessaire en raison d’une baisse de pression, ainsi que Steve Legault, étudiant de 3e session, qui a changé le pansement d’un mannequin haute-fidélité aux prises avec une plaie infectée.

« Leur contribution à l’événement a permis à nos invités d’honneur de comprendre, de manière tangible, la portée du projet d’unité-hôpital », souligne madame Mainville, qui a également été la chargée de projet de ce vaste chantier.

Un investissement profitable

La moitié des fonds nécessaires à la transformation du Département de soins infirmiers et à l’achat de mannequins haute-fidélité est issue d’une allocation spéciale consentie par le ministère de l’Enseignement supérieur. Au total, le projet a suscité un investissement de plus de 600 000 $. Pour la Direction du collège, nul doute que cet investissement sera profitable.

« Nous avons la ferme conviction que les demandes d’admission au sein du programme de soins infirmiers seront rapidement en hausse. D’une cohorte à l’autre, les jeunes se parlent, les conseillères et conseillers en orientation sont également informés de nos nouvelles installations et, de notre côté, nous déploierons tous les efforts de promotion afin de faire de cette formidable réalisation un succès à long terme », conclut madame Hélène Bailleu, directrice du Cégep à Joliette.

Le Cégep à Joliette est un établissement d’enseignement collégial public offrant 23 programmes préuniversitaires et techniques. Il accueille en moyenne chaque année quelque 2500 étudiants et étudiantes. Il fait partie de la grande famille du Cégep régional de Lanaudière qui compte deux autres collèges constituants, à Terrebonne et à L’Assomption, un service de la formation continue ainsi qu’un siège social à Repentigny.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.