Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Des assemblées pourraient se tenir jusqu'au 19 février

Front commun du secteur public: les assemblées des membres commencent

durée 10h00
15 janvier 2024
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

À compter de lundi et pour cinq semaines, les quelque 420 000 travailleurs représentés par des syndicats du front commun du secteur public sont appelés à se prononcer sur l'entente de principe qui est intervenue quant au renouvellement de leurs conventions collectives.

Des assemblées pourraient se tenir jusqu'au 19 février, selon le syndicat, qu'il soit rattaché à la CSQ, à l'APTS, à la FTQ ou à la CSN. Les travailleurs auront alors l'occasion d'obtenir tous les détails et de poser des questions à leurs représentants, avant de se prononcer.

Il y a quelques jours, la présidente de la FTQ, Magali Picard, s'est dite «très à l'aise, très fière de ce qui a été négocié» par le front commun.

Le président de la CSQ, Éric Gingras, s'est montré optimiste. «J'ai confiance aux membres, qui vont faire la meilleure lecture. On pense présenter quelque chose d'intéressant.»

En entrevue, la présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE), Josée Scalabrini, avoue que «les membres ont plutôt hâte de se faire présenter ces ententes-là». Elle s'attend d'ailleurs à ce qu'il y ait plusieurs assemblées dès les trois prochaines semaines.

La FSE, affiliée à la CSQ, donc faisant partie du front commun, n'a eu à débrayer que durant huit jours, en novembre et en décembre, avant d'en venir à une proposition de règlement, alors que la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), indépendante, a dû débrayer durant plus d'un mois pour parvenir au même résultat.

Malgré tout, Mme Scalabrini refuse de blâmer la FAE pour sa stratégie.

«Jamais, jamais je ne me permettrai d'évaluer la stratégie d'une autre organisation. Mais je pense que la stratégie que nous avons utilisée, selon ce que nos membres nous disent et selon ce que j'entends à ce jour, c'était la bonne stratégie: de travailler avec l'ensemble des employés de la fonction publique, ce qui nous a amenés là où ça nous a amenés, avec des séquences de grève coordonnées.»

Le contenu

L'entente de principe conclue par le front commun, le 28 décembre, prévoit des augmentations d'au moins 17,4 % sur cinq ans.

Plus précisément, on parle de 6 % de hausse à compter du 1er avril 2023, 2,8 % le 1er avril 2024, 2,6 % le 1er avril 2025, 2,5 % le 1er avril 2026, puis 3,5 % le 1er avril 2027, en plus d'une clause de protection contre l'inflation pour les trois dernières années de la convention collective.

Elle prévoit également des améliorations aux vacances, aux assurances collectives.

Au plan sectoriel, plusieurs syndicats dans la santé ont déjà révélé le contenu de leur entente, avant même que les membres à la base en prennent connaissance lors des assemblées.

Par exemple: dans la santé, les syndicats ont obtenu des bonifications des primes et des heures supplémentaires, en plus de pouvoir mieux participer à la gestion des horaires.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Pannes: Hydro-Québec veut inverser la tendance dès cette année

Au moment où les changements climatiques mettent son réseau électrique à rude épreuve, Hydro-Québec s’est donné l’objectif de réduire le nombre de pannes de 35 % d’ici 7 à 10 ans. La société d’État veut que ce nombre baisse dès cette année.  Hydro-Québec vise une baisse de 1 % en 2024. «Ça ne paraît pas beaucoup, mais si on regarde dans les ...

Imposition des dédommagements pour Phénix: entente entre Revenu Canada et l'AFPC

Une entente est finalement intervenue entre l'Agence du revenu du Canada et l'Alliance de la fonction publique du Canada concernant l'imposition des dédommagements versés pour les ratés du système de paie Phénix. Le grand syndicat pancanadien de fonctionnaires se battait depuis longtemps pour que ce dédommagement versé aux travailleurs victimes ...

durée Hier 9h00

La sécurité en ligne est un élément clé du plan sur l'égalité entre les genres

Les pays autoritaires exploitent les médias sociaux pour freiner les progrès des femmes dans le monde entier, a déclaré une envoyée spéciale canadienne, alors qu'Ottawa actualise sa politique intergouvernementale en matière d'égalité des genres. L'ambassadrice du Canada pour les femmes, la paix et la sécurité, Jacqueline O'Neill, affirme que ces ...