Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une plateforme lancée par le Conseil québécois LGBT

Une carte interactive pour lutter contre l’homophobie et la transphobie

durée 18h00
17 mai 2022
Marie-Eve Buisson
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Marie-Eve Buisson, Journaliste

Le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) lance sa nouvelle plateforme en ligne nommée INCLUSION LGBTQ2+, qui offre un répertoire d’activités de formation et de sensibilisation aux enjeux de la communauté, dans le cadre de la Journée internationale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Cette nouvelle plateforme offrira aux Québécois un répertoire d'ateliers et de formations offerts par plus de 40 organismes experts des réalités LGBTQ+ dans la province.

Les utilisateurs pourront faire appel à la ressource de leur choix pour sensibiliser et éduquer des groupes de personnes qui se trouvent dans plusieurs milieux que ce soit professionnels, scolaires ou communautaires.

À l'aide d'une carte interactive qui regroupe les ressources disponibles sur le territoire, la population québécoise pourra choisir l'organisme le plus susceptible d'offrir une formation qui répond à ses besoins.

Cet outil a été conçu pour permettre aux usagers d’effectuer une recherche en se basant sur l’emplacement géographique et la thématique de la formation recherchée, le tout disponible en français et en anglais. L’expertise des organismes y est véritablement mise en avant.

Privilégier les organismes régionaux

Selon Mona Greenbaum, directrice de la Coalition des familles LGBT+ et membre du conseil administratif du Conseil québécois LGBT, cette plateforme permet une meilleure communication entre les organismes régionaux et nationaux. 

«La Coalition des familles LGBT+ a formé l'année dernière environ 6000 à 7000 professionnels dans la province. Mais ce qu'on a remarqué, c'est qu'il y avait souvent un dédoublement de services. Parfois on était appelé à former les commissions scolaires du Saguenay alors qu'il existait déjà un organisme sur place qui pouvait le faire et qui connaissait mieux les particularités dans cette région», explique-t-elle.

Toujours selon la directrice de la Coalition des familles LGBT+, la réalité des personnes homosexuelles ou transgenres n'est pas la même d'une région à une autre. C'est pourquoi il faut privilégier les organismes régionaux qui connaissent mieux les enjeux spécifiques des personnes de son territoire.

Dans la région de Lanaudière, il existe par exemple Le Néo, qui est un organisme communautaire autonome qui œuvre sur le plan du bien-être et des saines habitudes de vie affective et sexuelle. Il offre des formations sur le VIH, sur le langage homophobe et sur la vie affective et amoureuse. Il donne aussi des atelier de sensibilisation sur la transidentité, la pluralité des genres, la diversité et sur la sexualité et le vieillissement. 

«Maintenant, si je reçois un appel pour faire une formation dans une région, je vais d'abord regarder sur la carte interactive pour voir s'il existe un organisme qui est capable de le faire. Il faut les encourager, car ils sont très importants», ajoute Mona Greenbaum.

Un outil qui répond à un besoin criant

En mars dernier, la Fondation Émergence, organisme qui a créé la Journée internationale de la lutte contre l’homophobie et la transphobie, a rapporté des résultats importants d’un sondage Léger. 

Dans celui-ci, il est démontré que 65 % des personnes LGBTQ+ ont déjà été victimes de harcèlement homophobe ou transphobe en milieu de travail. De plus, 15 % des employés faisant partie de la communauté LGBTQ+ ont déjà quitté un milieu de travail parce qu’il n’était pas inclusif.

Aussi, seulement 14 % des Québécois ont reçu de l’information ou une formation sur l’inclusion des personnes LGBTQ+, alors que 20 % d’entre eux se sentent mal équipés pour cultiver un milieu de travail inclusif et sûr.

Il y a donc un besoin criant, selon la communauté, de sensibiliser et de former les Québécois aux enjeux LGBTQ+ dans tous les milieux. C'est pourquoi le nouveau répertoire numérique du CQ-LGBT offre une manière simple d’accéder à de l’information de qualité.

« Souvent, les organismes experts des enjeux touchant les personnes les plus marginalisées sont aussi ceux qui ont le moins de moyens pour promouvoir leurs activités de formation. La plateforme INCLUSION LGBTQ2+ valorise la spécialisation des organismes, au bénéfice des personnes qui seront formées», termine Marie-Philippe Drouin, qui est à la coprésidence de Divergenres.

Le site Web INCLUSION LGBTQ2+ est maintenant accessible à l’adresse inclusion-lgbtq2.ca.

À propos du Conseil québécois LGBT

Le Conseil québécois LGBT est un organisme de défense de droits qui regroupe plus de 60 organismes communautaires LGBTQ+ basés partout au Québec. Il établit des liens avec tous les paliers gouvernementaux et des organisations parapubliques dont la mission touche les droits de la personne. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Le service d'Hydro-Québec de moins en moins fiable

Les pannes d’électricité se multiplient et durent de plus en plus longtemps, déplore la vérificatrice générale du Québec, en concluant que la fiabilité du service offert par Hydro−Québec à la population laisse à désirer, au moment même où la demande ne cesse de croître. Au Québec, durant la dernière décennie, le nombre de pannes de courant est ...

durée Hier 18h00

Alcool et fêtes: « L'important c'est de prévoir ses déplacements », dit Geneviève Desautels

En entrevue vidéo avec Néomédia, Geneviève Desautels, directrice générale d’Éduc’alcool, rappelle aux Québécois quelques bons conseils pour passer un temps des Fêtes réussi lorsqu'on consomme de l'alcool. « L'important c'est de prévoir ses déplacements », a-t-elle indiqué à plusieurs reprises lors de cet entretien. L'objectif étant notamment de ...

durée Hier 9h44

Une conférence onusienne sur la biodiversité s'ouvre à Montréal

Une grande conférence internationale sur la préservation de la biodiversité mondiale s'ouvre mardi à Montréal, avec des conférenciers tels que le premier ministre Justin Trudeau et le secrétaire général des Nations Unies António Guterres. La COP15 rassemble 196 pays pour actualiser la Convention sur la diversité biologique et est considérée comme ...